Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le trafic de transit délétère pour la santé

Quand l'air devient irrespirable : des milliers de camion traversent chaque jour le col du Brenner. (c) European Roads_flickr

Donner la priorité à la santé et à l’environnement le long de l’accès du Brenner : c’est ce qu’ont demandé CIPRA Italie et d’autres associations environnementales à la Ministre italienne des Transports.

55% du trafic transalpin de marchandises passe par le col du Brenner. En 2018, 2,42 millions de camions y ont transité, soit 7,4 % de plus qu’en 2017. Chaque année, le Brenner voit passer plus de camions que tous les cols français et suisses réunis. Les valeurs seuils autorisées sont de plus en plus fréquemment dépassées. La forte progression du trafic ne fait qu’accentuer ces nuisances. Pourtant, la Ministre italienne des Transports, Paola De Micheli, a condamné en décembre dernier les mesures engagées par l’Autriche pour réduire le trafic de transit sur l’axe du Brenner. Pour le lobby des transporteurs, les mesures prises par l’Autriche constituent une entrave à la libre circulation des marchandises dans l’Union européenne.

Dans un courrier adressé à la Ministre des Transports, plusieurs associations environnementales italiennes ont rappelé que la santé des personnes vivant le long des axes de transit était tout aussi importante que les intérêts des entreprises de fret. Dans ce courrier, les associations réclament des mesures concrètes pour réduire les nuisances environnementales : par exemple l’exploitation des capacités restantes de la ligne ferroviaire existante, ou la mise en place de limitations de vitesse plus souples permettant de réduire les émissions en fonction de la qualité de l’air. « Ce système est déjà testé sur le tronçon italien de l’A22, mais doit désormais être appliqué en urgence sur tout l'axe de transit », exige Francesco Pastorelli, directeur de CIPRA Italie. Selon lui, le report modal du fret de la route vers le rail n’a une chance de succès qu’à condition que les pollueurs supportent les coûts externes engendrés par les nuisances environnementales et sanitaires, et que l’on instaure une bourse du transit dans tout l’arc alpin.

 

Sources et informations complémentaires :

www.dislivelli.eu/blog/merci-libere-di-circolare.html (it),  www.askanews.it/economia/2019/12/02/de-micheli-a-ue-limite-camion-al-brennero-rischia-blocco-merci-pn_20191202_00172/ (it), https://brennerlec.life/it/home (it), www.umwelt.bz.it (de)