Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Transit sur le Brenner : la CIPRA demande une augmentation des péages

Réduire le poids des nuisances pour la population alpine : CIPRA International réclame un péage transfrontalier minimal pour le trafic de transit. (c) European Roads_flickr

En 2019, le nombre de poids lourds en transit sur le col du Brenner atteindra pour la première fois le cap des 2,5 millions. Dans une lettre ouverte, la CIPRA demande une augmentation différenciée des péages.

Sur l’axe du Brenner qui relie Munich à Vérone, le nombre de camions traversant les Alpes chaque année dépasse celui de toutes les autres routes transalpines réunies : 2,42 millions de camions ont traversé le Brenner en 2018. En 2019, le cap des 2,5 millions devrait être atteint. La santé de la population alpine et celle de la nature en font les frais. Selon des résultats de recherche publiés récemment au Tyrol/A, au moins 700 000 camions acceptent chaque année des détours allant jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres pour payer moins de frais de péage, une situation désastreuse pour l’environnement et le climat. Pour Kaspar Schuler, co-directeur général de CIPRA International, la recrudescence du trafic est due principalement au trop faible niveau des péages poids lourds. « Fixer un seuil minimum pour les péages avec la possibilité d’en augmenter le tarif de façon ciblée est la clé du succès. Cela permettra de réduire les détours du transport routier. » En juillet 2019, les représentants des gouvernements nationaux et régionaux de Bavière/D et du Tyrol/A réunis dans le cadre d’un sommet sur le transit se sont mis d’accord sur dix points, parmi lesquels une proposition en faveur de « tarifs de péage plus flexibles » pour éviter les détours et encourager le report modal de la route au rail.

Lettre ouverte à la Commissaire européenne Violeta Bulc

Fin août 2019, la CIPRA a adressé une lettre ouverte à Violeta Bulc, Commissaire européenne en charge des transports. Dans cette lettre, l’organisation demande une augmentation du péage pour les poids lourds sur le corridor du Brenner, ainsi que la mise en place d’un péage minimum à l’échelle européenne, avec des majorations de tarifs efficaces dans les zones les plus touchées par le trafic de transit, telles que les Alpes. Le niveau des péages poids lourds en Autriche est proche du niveau suisse, explique Reinhard Gschöpf, directeur de CIPRA Autriche. « Toutefois, le niveau de péage autrichien ne peut compenser le fait que les tarifs de péage en Allemagne et en Italie ne représentent environ qu’un cinquième de ce montant, et ce sur 320 des 430 kilomètres du corridor Munich-Vérone. » Selon Klauspeter Dissinger, président de CIPRA Tyrol du Sud, les valeurs limites d’oxyde d’azote sont de plus en plus souvent dépassées sur l’axe du Brenner. « L’Italie doit impérativement augmenter ses péages si l’on veut respecter les valeurs limites applicables le long de l’autoroute du Brenner, qui impacte 40 000 riverains dans le Tyrol du Sud. »

Fin août et début septembre, des discussions d’expert·e·s ont également eu lieu à Bruxelles, au Tyrol/A, au Tyrol du Sud/I et en Bavière/D. Pendant ce temps, la Suisse poursuit son offensive de report modal vers le fret ferroviaire : au Tessin/CH, le tunnel de base du Ceneri, pièce maîtresse du corridor de fret reliant Rotterdam/NL à Gênes/I, entrera en service en septembre 2020.

 

Sources et informations complémentaires :

www.cipra.org/de/medienmitteilungen/transitverkehr-alpenschutzkommission-verlangt-mauterhoehung (de, it), www.tirol.gv.at/fileadmin/themen/verkehr/verkehrsdatenerfassung/downloads/VB_2018_web_final.pdf (de), www.luzernerzeitung.ch/schweiz/der-ceneri-tunnel-befluegelt-verlagerungsoffensive-ld.1147360 (de), www.stol.it/Artikel/Chronik-im-Ueberblick/Lokal/Bruessel-Brenner-Streit-Gespraeche-gehen-weiter (de)