Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Des pesticides dans les lieux publics

La dérive des pesticides vers des zones sensibles reste un problème majeur dans le Tyrol du Sud/Haut-Adige. (c) Archiv Dachverband für Natur- und Umweltschutz

Terrains de jeux, cours d’écoles, marchés : des chercheur·euse·s d’Italie, d’Autriche et d’Allemagne ont trouvé 32 poisons agricoles dans différents lieux publics du Tyrol du Sud/Haut-Adige.

Une fois épandus, les produits phytosanitaires ne restent pas dans les zones visées, mais sont dispersés sous l’action du vent et des intempéries. Une étude récemment publiée a identifié 32 pesticides dans des lieux publics du Tyrol du Sud/Haut-Adige, en particulier des écoles et des terrains de jeux. Quelques-uns de ces produits sont présents toute l’année. Certains d'entre eux sont classés perturbateurs endocriniens et soupçonnés d’être cancérigènes. Les auteur·trice·s de l’étude insistent sur la nécessité de prendre très rapidement des mesures pour protéger la population, par exemple en améliorant les techniques d’épandage, en prenant en compte systématiquement l’impact du vent ou en adoptant des méthodes de culture sans pesticides.

Le problème de la dérive des pesticides

Ce n’est pas la première recherche scientifique de ce type dans le Tyrol du Sud. Une étude de CIPRA Tyrol du Sud et de la Fédération environnementale régionale a par exemple décelé dès 2017 des résidus de pesticides sur des terrains de jeux. Au vu des nouveaux résultats, les deux organisations demandent que le Tyrol du Sud prenne enfin des mesures rigoureuses pour protéger les zones sensibles et respecter la réglementation européenne. La région, qui se définit elle-même comme un « territoire de biodiversité », risquerait sinon de ne l’être que sur le papier. Andreas Riedl, directeur de CIPRA Tyrol du Sud, est catégorique: « Il faut atteindre l’objectif du ‘zéro dérive’ le plus vite possible, pas seulement dans un futur lointain ! »

Des sols pollués

Les pesticides ne se dispersent pas seulement dans l’air, mais aussi dans les sols. Une étude actuelle d’Agroscope en Suisse montre que des terres exploitées depuis plus de vingt ans en agriculture biologique peuvent encore contenir des résidus de pesticides à faible concentration. Pendant ce temps, l’Allemagne discute un projet de loi portant sur la révision de la loi fédérale sur la protection de la nature, qui prévoit notamment d’interdire totalement l’usage du glyphosate à partir de la fin 2023 et d’en limiter fortement l’usage d’ici là. Les produits phytosanitaires seront également interdits dans les espaces protégés et en bordure des milieux aquatiques.

 

Sources et informations complémentaires :

Year-round pesticide contamination of public sites near intensively managed agricultural areas in South Tyrol (Springer Open, en), DVN – Wissenschaftliche Studie: Abdrift bleibt ein Riesenproblem (Fédération de la protection de la nature et de l’environnement, section du Tyrol du Sud, de), Bundeskabinett bringt Gesetz und Verordnung zum Insektenschutz und Glyphosat-Ausstieg auf den Weg (ministère allemand de l’Environnement, de), Auf Spurensuche nach Pestiziden in Schweizer Landwirtschaftsböden (Naturschutz, de)