Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Point de vue : La mobilité sans tunnel

Monika Gstöhl est directrice par intérim de CIPRA Liechtenstein et de la Ligue liechtensteinoise pour la protection de la nature (LGU). © Monika Gstöhl

La ville de Feldkirch veut construire un tunnel pour relier plus rapidement l’Autriche à la Suisse. Pour Monika Gstöhl, directrice par intérim de CIPRA Liechtenstein, la construction de ce tunnel constituerait une infraction au protocole Transports de la Convention alpine.

Le projet prévoit de canaliser le trafic en transit dans la ville autrichienne de Feldkirch dans un tunnel. Mais cette amélioration de l’axe routier va entrainer une augmentation du nombre de véhicules motorisés passant de l’autoroute autrichienne A14 à l’autoroute suisse A13 en traversant le Liechtenstein. Pour CIPRA Liechtenstein, ce tunnel urbain est une route à grand débit au sens du protocole Transports de la Convention alpine, et ne doit pas être construit.

Le dossier du projet souligne que ce tunnel urbain n’a pas pour objectif de faciliter le trafic transalpin, et que la Convention alpine n’est donc pas applicable. Dans le cadre de l’étude d’impact sur l’environnement, on n’a pas effectué d’enquête de mobilité tenant compte des critères de la Convention alpine. Pour les concepteurs du projet, un tunnel dont la vitesse est limitée à 50 km/h et qui est doté d’un rond-point central ne peut pas être considéré comme une route à grand débit. Or, le rapport d’expertise publié par le service juridique de la Convention alpine arrive à une autre conclusion : l’amélioration de la liaison entre des routes à grand débit peut selon lui suffire à justifier cette classification. La construction du tunnel faciliterait et raccourcirait la liaison entre les autoroutes suisse et autrichienne. L’expérience montre que l’amélioration des routes et la construction de nouveaux axes entraînent toujours une augmentation du trafic. Avec cette augmentation, la population du Liechtenstein aura à subir des nuisances sonores et une pollution de l’air en hausse. Encourager ce phénomène va à l’encontre du principe de durabilité ancré dans la Convention alpine.

Au lieu de résoudre des problèmes, on en crée de nouveaux. Une solution durable et sans perdants doit être trouvée. Cette solution existe : l’aménagement de la liaison ferroviaire à Feldkirch et au Liechtenstein pourrait permettre aux usagers d’atteindre leurs destinations sans tunnel, et les riverains pourraient continuer de respirer de façon sereine.

Monika Gstöhl

Directrice par intérim de CIPRA Liechtenstein et de la Ligue liechtensteinoise pour la protection de la nature (LGU)

Mots-clés associés : ,