Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Les eaux du lac Majeur, pomme de discorde entre la Suisse et l’Italie

Le lac Majeur près de Fondotoce/I : une ressource essentielle pour l’agriculture et le tourisme, mais aussi un habitat précieux pour la faune et la flore. © Radames Bionda

Faut-il élever le niveau d’eau du lac et l’utiliser comme réservoir pour l’agriculture, ou au contraire préserver les plages si importantes pour le tourisme ? Alors que les discussions sur le niveau du lac Majeur battent leur plein à la frontière italo-suisse, la question de la qualité de l’eau est à peine abordée.

Le barrage de Miorina, au sud du lac Majeur, régule le niveau du grand lac italo-suisse. Une élévation de quelques dizaines de centimètres du niveau d’eau permettrait de disposer de plusieurs millions de mètres cubes d’eau supplémentaires : de l’eau qui serait la bienvenue pour alimenter les exploitations agricoles des plaines du Piémont et de la Lombardie. Mais l’élévation du niveau du lac provoquerait en même temps la disparition de plages entières sur les rives piémontaises et suisses, pénalisant ainsi gravement le tourisme. Depuis 2015, les autorités italiennes procèdent à une élévation expérimentale du niveau du lac à 1,25 mètre au-dessus du zéro hydrométrique pendant les mois d’été. Fin 2018, elles ont décidé d’élever le niveau à 1,5 mètre. Ces 25 centimètres supplémentaires pourraient déclencher un incident diplomatique entre l’Italie et la Suisse. Le canton du Tessin/CH a déjà fait part de ses préoccupations au nom des communes riveraines. Il demande aux autorités italiennes de prendre les décisions concernant le niveau du lac de façon bilatérale, et réclame la mise en place d’un organe italo-suisse de consultation et de surveillance pour la gestion des eaux transfrontalières. Les hôteliers et les exploitants de campings côté piémontais ont eux aussi exprimé leur inquiétude.

La qualité des eaux du lac reste médiocre

En période de changement climatique, la présence de réserves d’eau pendant les longues périodes de sécheresse est tout aussi importante que la capacité à réguler les inondations lors des épisodes de fortes pluies. Pour intégrer vraiment tous les intérêts dans la gestion d’un grand plan d’eau comme le lac Majeur, il faudrait toutefois commencer par la qualité de l’eau du lac. Celle-ci est loin d’être bonne, comme en témoignent les échantillons d’eau prélevés par l’organisation environnementale italienne « Legambiente » : les systèmes d’épuration de l’eau sont insuffisants et les apports d’eaux usées restent importants.

 

Sources et informations complémentaires :
www.tio.ch/ticino/politica/1349502/regolazione-del-livello-del-lago-maggiore-il-cantone-e-preoccupato (it), www.lastampa.it/2019/02/07/verbania/tensione-tra-italia-e-svizzera-sui-livelli-del-lago-maggiore-fm9ogt915RQVN3oH8yvGfN/pagina.html (it), www.novaratoday.it/green/life/inquinamento-lago-maggiore-orta.html (it)

Mots-clés associés : , ,