Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

L’alpinisme inscrit au patrimoine immatériel mondial de l’UNESCO

La cordée, symbole de l’esprit d’équipe et des valeurs de solidarité qui caractérisent l'alpinisme.

L’UNESCO a inscrit l’alpinisme sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La candidature était portée par les club alpins de trois pays : la France, la Suisse et l’Italie.

Chapeau kirghiz, danses norvégiennes, et maintenant l’alpinisme : le 11 décembre 2019, Journée internationale de la montagne, l’Unesco a inscrit l'alpinisme sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité. Une distinction qui peut sembler étonnante au premier abord, cette liste contenant essentiellement des coutumes et traditions rares et parfois menacées. L’UNESCO définit l’alpinisme comme « l’art de
gravir des sommets et des
parois en haute montagne, en toutes saisons, en
terrain rocheux ou
glaciaire. » Elle met en exergue les 
capacités
techniques et
intellectuelles nécessaires, mais aussi les aspects éthiques et esthétiques de cette pratique née dans les Alpes : l’esprit d’équipe symbolisé par la cordée, l’engagement à porter secours aux autres alpinistes, ou encore le fait de ne laisser aucune trace de son passage.

Entre idéalisme et récupération

La pratique de l’alpinisme est régulièrement dévoyée par des offres touristiques telles que l’héliski. Par ailleurs, l’esprit de concurrence et de compétition gagne aussi du terrain dans les Alpes. Katharina Conradin, présidente de CIPRA International, se félicite que la définition de l’alpinisme citée par l’UNESCO se démarque de ce type de pratiques, et qu’elle souligne l’importance des valeurs de solidarité et de respect de la nature : « Nous saluons bien entendu cette reconnaissance de l’alpinisme en tant que patrimoine culturel. Toutefois, nous pensons qu’il serait encore plus important que le tourisme adhère à ces valeurs. L'objectif ne doit pas être de rendre les Alpes accessibles au tourisme et aux sports de montagne jusque dans leurs moindres recoins, en les adaptant à nos besoins. » Or, le label de l’Unesco est bien souvent détourné à des fins touristiques, comme c’est le cas dans le Dolomites/I, où il est essentiellement utilisé comme argument commercial. Selon Katharina Conradin, c’est aussi le rôle de l’Unesco d’insister ici sur les objectifs de protection, ainsi que sur la nécessité d’inscrire le développement durable dans les plans de gestion.

Conférence sur les sports de nature soutenables

L’alpinisme et les sports de nature soutenables sont également au cœur d’une conférence qui aura lieu les 25 et 26 mai 2010 à Prien am Chiemsee/D. La conférence est organisée par CIPRA International et le Réseau de communes « Alliance dans les Alpes » dans le cadre de la Convention alpine, au nom du ministère allemand de l’Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire.

 

Sources et informations complémentaires :

www.srf.ch/news/panorama/alpinismus-ist-kulturerbe-es-geht-um-viel-mehr-als-sich-in-den-bergen-auszutoben (de), https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-77471.html, www.lalpe.com/lalpe-69-alpinisme-patrimoine-de-lhumanite/, www.zeit.de/entdecken/2019-12/weltkulturerbe-unesco-bergsteigen-alpinismus-uno (de), www.sueddeutsche.de/reise/alpinismus-unesco-immaterielles-kulturerbe-1.4722530 (de), www.lemonde.fr/sport/article/2019/12/12/l-alpinisme-est-desormais-inscrit-au-patrimoine-immateriel-de-l-unesco_6022574_3242.html, www.repubblica.it/cronaca/2019/12/12/news/unesco_alpinismo_inserito_nella_lista_dei_beni_immateriali-243271546/ (it) https://ich.unesco.org/fr/RL/l-alpinisme-01471

Mots-clés associés : , ,