Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Folie des grandeurs sur le glacier ?

La 4ème plus grande surface glaciaire des Alpes orientales doit céder au plus grand domaine de ski sur glacier du monde. (c) Tiia Monto_wikimedia

Deux exploitants de chemin de fer de montagne veulent se rejoindre pour créer le plus grand domaine de ski sur glacier du monde. En ce moment, les autorités contrôlent la compatibilité environnementale du projet.

Quiconque atteint le refuge Braunschweiger du Club alpin allemand dans les Alpes de l'Ötztal se trouve devant la 4ème plus grande surface glaciaire des Alpes orientales. Jusqu'à présent, ce paysage délicat de haute montagne demeurait immaculé, mais la pression du désenclavement augmente – notamment à cause du changement climatique. Depuis plusieurs années déjà, les stations de ski sur glacier de la Pitztal et de l'Ötztal veulent y combler une « lacune » en construisant des téléphériques des deux côtés, afin de transporter plusieurs milliers de skieurs par heure vers le haut de la montagne. De plus, ils prévoient un centre de ski avec un restaurant, des garages et diverses voies de circulation, veulent niveler 64 hectares de glacier pour en faire des nouvelles pistes de ski, creuser un lac de retenue pour la production de neige artificielle et forer un tunnel skiable de 614 mètres de long à travers la montagne. Cette jonction donnerait naissance au plus grand domaine de ski sur glacier du monde. Les exploitants de téléphériques de montagne en question ont présenté leurs documents au printemps, les autorités veulent achever l’étude d’impact sur l’environnement en octobre 2019.

Les organisations environnementales et les clubs alpins critiquent le projet qu'ils voient comme une intervention sur la nature détruisant le paysage. Début juillet 2019, les clubs alpins allemand et autrichien ont déposé des prises de position écrites en riposte, tout comme CIPRA International. D'une part, le projet affecterait un site Natura 2000 ainsi que le parc naturel des Alpes d'Ötztal, et d'autre part, les installations de ski prévues iraient à l'encontre de plusieurs protocoles de la Convention alpine, explique Peter Haßlacher, Président de CIPRA Autriche. « Les interventions sur la nature prévues dans le cadre de cette jonction de domaines skiables sont si radicales qu'une compensation d'un point de vue naturaliste ne serait pas possible ». Le projet détruirait le milieu naturel d'espèces animales et végétales protégées et conduirait indirectement à encore davantage de trafic automobile causé par les touristes venus skier. « À l’heure des discussions sur les efforts à faire en matière de protection de l'environnement, ce projet est une provocation pour la politique environnementale. »


Sources et informations complémentaires:
www.alpenverein.de/natur/zusammenschluss-pitztal-oetztal-geht-in-die-verhandlung_aid_33693.html (de), https://fm4.orf.at/stories/2988146 (de), www.tt.com/politik/landespolitik/15629564/land-startet-uvp-fuer-gletscherehe-oetztal-pitztal de), www.tirol.gv.at/fileadmin/buergerservice/kundmachungen/umweltschutz/Kundmachung_des_voraussichtlichen_Zeitpl.pdf de), www.tirol.gv.at/fileadmin/buergerservice/kundmachungen/umweltschutz/Allgemeinverstaendliche_Zusammenfassung_der_UVE_PitztalOEtztal.pdf (de), www.tirol.gv.at/fileadmin/buergerservice/kundmachungen/umweltschutz/UVP-7-3-150-2019Pitztaler_Gletscherbahn_GmbHCoKG.pdf (de)