Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Rêver et jodler les alpes

Se ressourcer parmi les arbres : ressentir et prendre conscience de la nature lors de » bains de forêt « au Tyrol/AT aide à réduire le stress. (c) TW Charly Schwarz

Forêts, prairies, montagnes : lorsque nous pensons » paysage «, notre tête se remplit d’images. Mais on peut aller au-delà d’une simple observation du paysage alpin.

Les Aborigènes d’Australie rêvent de paysages, ils les intègrentdans leurs histoires et dans leurs chansons. La société d’Europede l’Ouest perçoit le paysage surtout de façon visuelle. Notre approchevisuelle du paysage prend sans doute ses origines dans lapeinture de paysage du 18ème siècle ; elle est aujourd’hui renforcéepar la pensée des sciences naturelles et la numérisation. Vouloirtout documenter, comparer, mesurer, évaluer est une particularitéde notre société, et cela se fait plus facilement avec unephoto ou une carte qu’avec un son, une odeur ou un sentiment.Pourtant le paysage n’est pas un état qui peut être appréhendé defaçon objective, mais plutôt une construction sociale et culturelle. Ila toujours le sens qu’on lui donne. Si nous limitons notre appréhensiondu paysage à ce que nous voyons, nous réduisons aussi notrecapacité à comprendre et à utiliser les paysages.

Nostalgie des paysages alpins

L’urbanisation, l’exode rural et le changement climatique transformentles paysages alpins. Les centres urbains s’étendent, alorsque l’agriculture de montagne recule et que les alpages, façonnésau cours des siècles, s’embroussaillent. Tout comme les traditionset les coutumes, les paysages alpins reviennent à la mémoire desgens, car ils sont menacés et deviennent ainsi un objet à protéger.La perception accrue de la valeur des paysages alpins est renforcéepar l’idée, culturellement ancrée, que là où il y a un paysage il ya de la nature. Alors que nous sommes entourés de paysages virtuelsdans les films, sur internet ou dans les publicités, l’expériencesensorielle des paysages et de la nature a de nouveau le vent enpoupe. De plus en plus de personnes souhaitent faire partie d’unpaysage, s’y déplacer, le voir, l’entendre, le sentir, le parcourir etmême le goûter, par exemple à travers la découverte de produitslocaux ou lors d’un » bain de forêt «.La médiation paysagère est une méthode développée pour nousaider à comprendre le paysage et la relation que nous entretenonsavec lui. La perception visuelle y joue habituellement un rôle secondaire.L’attention est davantage portée sur les formes de perceptionquasiment oubliées ou désapprises dans notre société. Lesgens apprennent à lire le paysage comme un livre. Une promenadepaysagère éveille des impressions et des sentiments nouveaux. Lamusique rend aussi le paysage perceptible : jodler ne se fait pasque dans le paysage, mais aussi avec lui.

Mots-clés associés : ,