Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Un maitre de musique dans les alpes

Henry Torgue navigue avec aisance entre l’espace scénique. (c) Inès Hubert

Henry Torgue dévoile les paysages sonores de notre quotidien, pour le plus grand bien de nos oreilles et de notre environnement tout entier.

» Imaginez que devant vous s’étend une vallée densément peuplée. Vous embrassez du regard ses éléments : des maisons, des routes, une usine. Soudain, la cloche d’une église sonne au loin. Des souvenirs font surface. Vous vous sentez à la campagne, vous oubliez la rumeur de l’usine, vous cherchez fébrilement du regard le clocher…«. C’est ainsi que Henry Torgue explique d’une voix douce l’importance de l’écoute des paysages. Depuis quarante ans, le musicien et chercheur consacre sa carrière au paysage sonore.

Henry Torgue navigue avec aisance entre l’espace scénique et le paysage depuis la région de Grenoble où il vit. Une scène sur
laquelle il joue au piano des pièces qu’il a composées. Une scène pour laquelle il a créé les décors sonores de spectacles de théâtre et de danse avec les plus grands, dont le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta. Un paysage dont il enregistre les sons qu’il restitue sous des formes travaillées comme son » Concert de paysages « avec l’association » Laboratoire « pour l’intervention artistique » Paysage>Paysages «. Un paysage dont il étudie les ambiances sonores afin d’améliorer leur qualité dans les aménagements urbains, au sein du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) qu’il a dirigé dix ans.

Cet homme discret a fait entrer le paysage sonore dans la conscience collective. Auparavant, le paysage était considéré
Henry Torgue dévoile les paysages sonores de notre quotidien, pour le plus grand bien de nos oreilles et de notre environnement tout entier.

Un maitre de musique dans les alpes comme muet, car la vue primait sur les autres sens. Pourtant, quand la cloche de l’église retentit, tous nos sens s’éveillent : le sonore donne des clefs d’interprétation du paysage qui s’offre à nous. Témoin de nos sociétés, la littérature ne se cantonne d’ailleurs pas à décrire des paysages muets : fervent lecteur, Henry Torgue dévore les descriptions sonores – avec une préférence pour celles des romans policiers. Henry Torgue sait que la rencontre des différents modes de vie peut poser problème. Par exemple lorsque l’ex-citadin qui a récemment emménagé dans un village de montagne est réveillé par le bruit d’un tracteur à quatre heures du matin. Henry Torgue tend une oreille autant à la population qu’au territoire et à l’» extraordinaire verticalité de son paysage alpin «. Pour lui, chaque belvédère est un » bel auditorium « où la rumeur de la ville se mêle aux sons de la nature sauvage montagnarde. Son » Concert de Paysages « qui » n’a rien de musical au sens traditionnel du terme « est une promenade à travers des paysages sonores du département de l’Isère mis en scène. Pour le compositeur, les sons devraient être pris en compte et même mis en scène dès la création des espaces publics. Afin d’en faire des lieux aimables et habitables.

Mots-clés associés :