Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Plus de trains au lieu de vols court-courriers

Des trains au lieu de l'avion : c’était déjà la revendication de ces activistes du climat à Vienne en janvier 2020, avant le coronavirus. © System Change, not Climate Change!

Les gouvernements ont débloqué des aides de plusieurs milliards d’euros pour sauver les compagnies aériennes. Lorsqu’il s’agit de protéger le climat, ils se contentent de quelques mesures nationales peu efficaces. Plus de trains au lieu de vols court-courriers serait un premier pas dans la bonne direction.

Le groupe allemand Lufthansa reçoit une enveloppe de neuf milliards d’euros d’aides de l’État. Il est également désormais autorisé à recevoir des aides pour ses filiales dans d’autres pays : la Suisse garantit une aide de 1,5 milliards de francs à Swiss et Edelweiss, l’Autriche accorde 450 millions d’euros d’aides publiques à Austrian Airlines. En France, Air France bénéficie d’un plan de sauvetage de sept milliards d’euros. L’Italie soutient ses compagnies aériennes à hauteur de 300 millions d’euros, dont Alitalia sera la principale bénéficiaire. Depuis la faillite d’Adria Airways en 2019, la Slovénie n’a plus de compagnie aérienne nationale.

Contreparties environnementales : un miroir aux alouettes ?

Les gouvernements de plusieurs pays alpins ont conditionné leurs aides aux compagnies aériennes à des mesures environnementales. La France impose par exemple à Air France de réduire drastiquement ses vols intérieurs d’une durée de moins de deux heures et demie sur les trajets où une alternative ferroviaire existe. La compagnie Austrian Airlines renonce elle aussi à ses vols intérieurs. Des mesures qui semblent courageuses, mais qui manquent souvent de crédibilité : en Autriche, seule la ligne Vienne-Salzbourg est supprimée, et les vols d’accès sont autorisés. Pour lutter contre le « dumping » dans le secteur aérien, le gouvernement autrichien va imposer un prix de vente minimum des billets d’avion fixé à 40 euros. Le Parlement suisse a adopté une taxe sur les billets d’avion dont le montant se situera entre 30 et 120 francs, en fonction de la classe et de la distance parcourue. La moitié des recettes retourneront à la population. Ceux et celles qui limiteront leurs vols y gagneront. Deux universités suisses ont en revanche calculé que la taxe devrait être beaucoup plus élevée pour réduire réellement les déplacements en avion.

Une chance à saisir

Train ou avion : le choix de notre mode de déplacement est souvent guidé par des critères de temps, de confort ou de coûts. Des billets de train bon marché tels que le « ticket 1-2-3 » en Autriche, un abonnement annuel qui permettra de se déplacer en transports en commun dans tout le pays pour trois euros par jour, pourraient changer la donne. Les trains de nuit vivent aujourd’hui une renaissance : les chemins de fer autrichiens ÖBB investissent un demi-milliard d’euros dans l’achat de nouveaux trains, et coopèrent avec les SBB suisses. De nouvelles lignes sont créées, comme celle qui reliera Zurich et Amsterdam. « Doit-on vraiment prendre l’avion pour un week-end à Zurich ou à Ljubljana alors qu’il y a un train de nuit ? » lance Kaspar Schuler, codirecteur de CIPRA International. « Chaque kilomètre en moins parcouru en avion nous aide à freiner ensemble le changement climatique, qui nous touche particulièrement dans les Alpes. » Pour lui, la crise du coronavirus montre que les gens peuvent changer très rapidement de comportements de mobilité, et que les gouvernements réagissent aussi très vite lorsqu’ils n’ont pas le choix. « Les gouvernements des pays alpins doivent saisir la chance qui s’offre à eux, et s’engager au-delà des frontières nationales pour des modes de déplacement plus écologiques. » Selon le protocole Transports de la Convention alpine, les modes de transport polluants devront à l’avenir coûter plus cher, ajoute Kaspar Schüler. Des projets de la CIPRA comme « Youth Alpine Interrail » (www.yoalin.org) apportent leur pierre à l’édifice : ce projet permet depuis 2018 à des jeunes de découvrir les Alpes dans le respect de l’environnement.

 

Sources et informations complémentaires :

www.handelsblatt.com/unternehmen/dienstleister/wirtschaftsstabilisierungsfonds-nach-rettung-lufthansa-darf-hilfen-anderer-staaten-annehmen/26104604.html (de), www.srf.ch/news/wirtschaft/lufthansa-rettung-ist-geglueckt-eine-verpasste-chance-fuer-die-klimapolitik (de), www.zeit.de/mobilitaet/2020-06/fluggesellschaften-klimaschutz-corona-krise-politische-vorgaben-kurzstreckenfluege-ideen (de), https://orf.at/stories/3177800/ (de), https://orf.at/stories/3168837/  (de), www.aerotelegraph.com/lufthansa-fordert-millionen-von-adria-airways (de), www.nzz.ch/schweiz/den-sbb-geht-liquiditaet-aus-bund-muss-helfen-ld.1564204 (de), www.nzz.ch/schweiz/so-wirksam-ist-die-flugticketabgabe-von-30-bis-120-franken-ld.1545724 (de), www.aargauerzeitung.ch/wirtschaft/sbb-mieten-nachtzuege-bei-us-firma-ab-2021-sollen-sie-nach-amsterdam-rollen-138787606 (de), https://abouttravel.ch/reisebranche/parlament-beschliesst-flugticketabgabe-zwischen-30-und-120-franken/ (de)