Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Point de vue de la CIPRA : Les Alpes sont trop précieuses pour les Jeux olympiques

Non aux Jeux : la population grisonne s'est prononcée à la majorité contre la flamme olympique et l'organisation du méga-évènement. © Tommkelly / flickr.com

Le résultat de la votation du 3 mars 2013 dans les Grisons - 52,7 % de non - est sans équivoque. L'exemple montre que le gigantisme n'est pas de mise dans les Alpes.
Il n'y a pas de place dans les Alpes pour de tels grands projets, ni dans les têtes, ni financièrement, et encore moins écologiquement. Le vote de la population grisonne contre les Jeux olympiques renforce le développement durable dans l'ensemble de l'Arc alpin - et peut-être au-delà.
Le bulldozer de la propagande des défenseurs du projet n'y aura rien fait : cinq millions de francs suisses (4,2 millions d'euros) ont été jetés par la fenêtre pour cette campagne qui s'est soldée par un échec, alors que les adversaires du projet ne disposaient que de 76 000 francs (63 000 euros).
Le projet a été soutenu avant tout par ceux qui espéraient en tirer du profit ou de la notoriété : dans les sites de compétition de St. Moritz, Davos et Lenzerheide et chez une élite de la politique, de l'économie et du sport. Le reste de la population ne s'est pas laissé aveugler par les promesses.
Avec la fin de non-recevoir adressée par la population grisonne à la candidature aux Jeux olympiques, c'est un favori du Comité International Olympique (CIO) qui quitte la scène. Cela augmente-t-il les chances de l'autre candidat potentiel dans les Alpes, Munich, avec Garmisch-Partenkirchen ?
Non, au contraire : la critique des Jeux olympiques est de plus en plus virulente en Allemagne face à l'éventualité d'une nouvelle candidature de Munich. Les arguments contre les Jeux, qui ont convaincu les Suisses, sont les mêmes en Allemagne, car les règles et les mécanismes ne changent pas. Les Jeux olympiques d'hiver ne sont pas un projet démocratique digne des Alpes et d'un développement durable. Ils sont et restent l'expression de l'attitude élitaire de quelques profiteurs dans l'entourage du CIO, financée par la communauté. Tant que la dictature du CIO sera maintenue, il sera impossible de changer quoi que ce soit, même avec la meilleure volonté. Tournons-nous donc vers les véritables besoins des montagnes et vers des solutions pérennes.
Source et informations complémentaires : www.olympia-nein.ch (de), www.nolympia.de (de)