Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Une candidature olympique avec de nombreux points d'interrogation

Une piste de bob désaffectée : les grandes manifestations sportives n'ont souvent pas les effets escomptés sur l'économie. © Julian-Nitzsche/pixelio.de

Les Jeux Olympiques 2022 en Suisse coûteraient 4,5 milliards de francs à la Suisse, selon les prévisions. Voire plus encore, comme le montre l'expérience. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Les Grisons sont appelés à voter en mars 2013.
La Suisse organisera des jeux d'hiver durables, si possible sur de la vraie neige, avec des trajets courts et des compétitions sur des installations sportives existantes : c'est du moins ce que promettent les promoteurs de la candidature de la Suisse à l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver 2022 à Saint-Moritz et à Davos.
Le montant des coûts est aujourd'hui connu : les dépenses devraient se monter à 2,8 milliards de francs suisses, soit environ 2,3 milliards d'euros, pour des recettes de 1,5 milliards de francs issues des droits de retransmission télévisée, du sponsoring et de la vente des billets. Soit un découvert de 1,3 milliards de francs, dont la Confédération serait prête à prendre en charge 1 milliard. Si l'on ajoute le coût des investissements dans les projets d'infrastructures à hauteur de 1,7 milliards de francs, la facture de l'organisation des Jeux Olympiques en Suisse se montera à 4,5 milliards de francs. Sans compter les coûts de la candidature, estimés à 60 millions de francs.
Aux yeux des défenseurs du projet, ces dépenses sont légitimées par l'impact des Jeux en terme d'image et par les profits pour l'économie nationale. La construction anticipée de projets d'infrastructure, notamment de transport, est destinée à convaincre la population des Grisons, qui est appelée aux urnes le 3 mars 2013.
Jamais encore les Jeux Olympiques n'ont pu respecter leur budget. On ne sait pas non plus si de tels Jeux " blancs " seront au goût du Comité International Olympique (CIO). Et que se passera-t-il si le changement climatique vient contrecarrer les plans des organisateurs ? Pour les promoteurs de la candidature, cet argent sera toujours bien investi : même si la Suisse n'est pas sélectionnée, la candidature offre à la région une vitrine internationale.
Source et informations complémentaires :
www.news.admin.ch/dokumentation/00002/00015, www.gr.ch/IT/media/Comunicati/MMStaka/2012 (it), www.umwelt-graubuenden.ch/ (de), www.nzz.ch/aktuell/schweiz (de), www.videoportal.sf.tv (de)