Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Suisse : des Russes construisent un complexe touristique de luxe

Montagnes valaisannes : des investisseurs russes reçoivent le feu vert pour un mégaprojet. © christianmeichtry/flickr.com

Des investisseurs russes ont reçu le feu vert du Tribunal fédéral suisse pour la construction d'un complexe touristique de luxe en Valais. Le terrain concerné avait été au préalable rayé de la liste des prairies sèches d'importance nationale.
Le projet des investisseurs russes prévoit la construction sur la commune de Mollens de 160 appartements de luxe, 350 chambres d'hôtel, 45 chalets, ainsi que d'une zone commerciale de 12 000 m2 avec restaurants, patinoire, piscines et centre de conférences. À la mi-juillet, le Tribunal fédéral a donné son feu vert pour la construction du complexe touristique " Aminona " dans le Valais, dont le coût devrait s'élever à 650 millions de francs suisses.
Les associations de protection de l'environnement (la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage, Patrimoine suisse et WWF) avaient déposé un recours contre le projet, notamment en raison de son incompatibilité avec la protection des biotopes. Ce recours a été débouté en juillet 2011 par le Tribunal cantonal du Valais. Le gouvernement suisse a ensuite rayé les terrains concernés de l'inventaire fédéral des prairies et pâturages secs d'importance nationale. Les organisations environnementales ont malgré tout déposé un nouveau recours, cette fois-ci devant le Tribunal fédéral. Ce dernier vient maintenant de déclarer que les organisations n'étaient pas habilitées à recourir, les terrains ne tombant plus sous le coup de la législation sur la protection des biotopes. Les investisseurs veulent lancer les travaux dès cette année. Les premiers touristes pourraient ainsi dormir en 2016 dans l'un des 1 500 lits.
Aminona n'est que l'un des grands projets d'investisseurs étrangers. Plusieurs projets de cette envergure ont été présentés ces dernières années : des Chinois ont par exemple annoncé vouloir investir 100 millions de francs suisses, des investisseurs du Koweït voulaient investir 140 autres millions à Adelboden. Aujourd'hui, on n'entend plus parler de ces projets, et les appartements et villas de l'égyptien Samih Sawiri ont aussi du mal à se vendre.
Source et informations complémentaires : www.nzz.ch/aktuell/schweiz (de), www.letemps.ch/Page/Uuid, www.letemps.ch/Page/Uuid, www.mollens.ch/fr/Tourisme/Station-d-Aminona/, www.alrv.ch/ (en), www.bger.ch/mm_1c_393_2011_d.pdf (de)