Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Un péché de gigantisme au paradis du ski

canons à neige

Des canons à neige pour faire face au changement climatique : les touristes ne viendront pas en été si les Alpes sont bétonnées © Kurt-Michel / pixelio.de

La station de Sudelfeld doit accueillir le plus grand équipement d'enneigement artificiel de Bavière, assorti d'une retenue collinaire de 15 000 m2. Un projet à courte vue, critiquent les associations environnementales.
Dans la station de Sudelfeld, en Haute-Bavière, la surface des pistes enneigées artificiellement doit être agrandie pour passer de 20 à 71 hectares. Pour alimenter les canons à neige, il faudra construire aussi 17 km de conduites d'eau et une retenue collinaire de 175 000 m3 avec une digue de 38 m de haut. Or, le domaine skiable est situé dans une zone de protection du paysage. Le projet menace des espèces endémiques, et va à l'encontre de la Convention alpine et de la législation sur les territoires protégés. Les organisations environnementales s'insurgent contre le projet et ont remis à la mi-mars une pétition au Parlement bavarois. Elles critiquent également la voracité énergétique des 250 canons à neige, qui consomment autant d'électricité que 700 ménages de deux personnes pendant un an.
Les perspectives d'enneigement à Sudelfeld sont pessimistes : selon l'OCDE, avec un réchauffement de l'atmosphère d'un degré seulement, l'enneigement ne serait plus garanti que dans 10 % des stations de Haute-Bavière. Or, le nombre des pistes équipées de canons à neige a doublé en Bavière depuis 2005. Depuis 2009, le Land a versé dix millions d'euros de subventions à des stations qui n'auraient pas d'avenir sans renouvellement de leur parc de remontées mécaniques et sans canons à neige. Pour les organisations environnementales, cette politique va dans la mauvaise direction. Elles demandent que de nouvelles stratégies soient développées pour le tourisme d'été. Le ministre de l'Environnement conservateur de Bavière, Marcel Huber, réagit lui aussi aujourd'hui aux conséquences du changement climatique : il y a deux semaines, il a pris ses distances par rapport au programme de subventions de plusieurs millions d'euros de la Bavière, et affirme que le Land ne doit pas subventionner la neige artificielle avec l'argent du contribuable.
Sources et informations complémentaires : www.cipra.org/de/CIPRA/cipra-deutschland (de), www.br.de/themen/aktuell/inhalt/sudelfeld100 (de), http://newsticker.sueddeutsche.de/list/id/1286649 (de)