Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Mauvais bilan pour Albertville

Que reste-t-il des Jeux olympiques d’hiver 1992 à Albert-ville ? Côté négatif, on retiendra le déficit de 42,7 millions d’euros et des infrastructures plus ou moins utilisées. 75% des dettes d’Albertville ont été payées par l’État, et 25% par le Département de la Savoie.
Le Comité International Olympique, qui s’est assuré par contrats de ne pas être déficitaire, a gardé la moitié des recettes fournies par les sponsors et les redevances télé sans qu’on ait des informations sur la marge restante. De plus, un prêt de 58,84 millions, non remboursé, a été consenti par l’État au Comité d’organisation. Pour les communes, Brides-les-Bains a été en état de faillite en partie à cause de la télécabine dont l’exploitation n’était pas rentable, et Albertville a enregistré un déficit de 4,73 millions. Il faut aussi prendre en compte l’entretien des installations déficitaires comme le tremplin de ski de Courchevel – 200 000 euros par année – ou la piste de bobde La Plagne.

Source : Alpenscène n° 94 (www.cipra.org/de/alpmedia/publikationen/4542)