Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les transports en commun sous la pression des économies

Safiental dans les Grisons

Lignes de car postal en Suisse : le relèvement du seuil de passagers pourrait concerner les régions de montagne comme le Safiental dans les Grisons. © thomas_maurice / flickr

En Autriche et en Suisse, les transports en commun sont contraints de faire des économies. De nombreuses lignes de train et de bus pourraient ainsi être prochainement rayées des cartes pour combler des déficits béants. Le Conseil national suisse a adopté, début novembre, un programme d'économies de 1,5 milliards de francs suisses par an pour les années 2011 à 2013. Selon l'Office fédéral des transports (OFT), 300 millions de francs suisses doivent être économisés en moyenne par an dans les transports.
L'OFT pourrait réaliser des économies dans le transport régional en exigeant une utilisation accrue des capacités. Aujourd'hui, le ministère co-subventionne quatre trajets par jour pour des lignes de bus postal affichant en moyenne 32 passagers par jour. Un seuil qui pourrait être porté à 100 passagers. Selon des calculs effectués par l'OFT, environ 10 % des lignes de car postal ne reçoivent plus d'argent dans le canton de Berne. Dans les cantons du Valais et des Grisons, 20 % des lignes seraient concernées. Si la Confédération venait à réduire son aide au transport régional, les cantons devraient décider soit de compenser la perte, soit de fermer les lignes.
Dans une lettre ouverte au ministère des Transports autrichien, l'association de protection de la nature autrichienne exige que la raréfaction des correspondances et la fermeture de lignes ferroviaires qui menacent actuellement de nombreux tracés annexes et régionaux, notamment dans l'espace alpin, ne soient pas autorisées. L'objectif à moyen terme doit être, selon l'association, la desserte de toutes les localités autrichiennes par les transports en commun. La société ÖBB envisage en outre d'abandonner certains centres de logistique ferroviaire, et de confier le fret à des sociétés de transport routier externes, moins chères. Selon les défenseurs de la nature, une mesure inacceptable pour une entreprise nationale dans l'optique de la protection du climat. Le message central de cette lettre : l'Etat fédéral doit s'impliquer davantage dans l'avenir de cette entreprise importante !
Avec les nouveaux horaires d'hiver qui entrent en vigueur à partir du 13 décembre 2009, la correspondance ferroviaire directe entre Cuneo/I et Nice/F disparaît. Les voyageurs devront désormais changer de train à Breil/F. Une mesure qui touche essentiellement les travailleurs pendulaires. Cette ligne étant l'unique liaison entre le Piémont/I et la Côte d'Azur/F, des conséquences négatives sont aussi à craindre au plan touristique et économique.
Sources : www.vcs-gr.ch/Schwerpunkte/oevi_091114 (de), http://derstandard.at/1252771855301 (de), www.naturschutzbund.at (de), www.provincia.cuneo.it/ufficio_stampa/ (it)