Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les mesures concernant les transports sont décisives - Le fossoyeur de la politique climatique

transport

Feu rouge pour les automobiles : des réseaux de transports publics attrayants doivent inciter les conducteurs automobiles à changer leur comportement © CIPRA International

Le secteur des transports est le principal frein à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Sans mesures de grande envergure, les émissions provoquées par les transports continueront même à augmenter.
La mobilité marque profondément nos habitudes de vie. Tout changement de notre comportement dans ce domaine, qu'il soit volontaire ou contraint, est un tournant important, qui influence non seulement notre mode de vie individuel, mais aussi l'économie, l'organisation de l'espace et bien d'autres aspects de la société.
Les mesures visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les transports sont rarement bien acceptées. C'est une des raisons de leur échec. L'éventail des mesures mises en oeuvre est large, des outils financiers destinés à augmenter le coût du transport automobile, aux actions de sensibilisation du public pour induire des changements de comportement volontaires, en passant par les innovations techniques comme les moteurs hybrides, ou le développement de modes de transport alternatifs tels que le vélo ou les transports en commun de proximité.

L'ère post-fossile approche
Les mesures financières telles que les impôts, les péages ou les taxes sont particulièrement efficaces. Elles entraînent une diminution du trafic automobile, mais ont aussi un impact sur l'organisation de l'espace à moyen et à long terme. Cela risque de désavantager les régions alpines excentrées, et les tranches de populations à faibles revenus qui n'ont pas de véritable alternative à la voiture. Il faut renforcer les circuits économiques régionaux ; les régions excentrées doivent se préparer à la disparition des énergies fossiles.
Parallèlement, il faut développer les modes de transport écologiques : transport des personnes et des marchandises par le rail, transports en commun de proximité coordonnés par des intercommunalités, circulation piétonne et à vélo dans les villes alpines et les sites touristiques. Ces mesures ne permettent pas seulement de réduire les rejets de gaz à effet de serre : elles améliorent aussi la qualité de l'air, diminuent les nuisances sonores, augmentent la sécurité routière et améliorent la qualité de l'espace public. Sur ce plan, les régions, villes et communes des Alpes pourraient faire bien davantage ; les marges de manœuvre sont encore larges.


Quels sont les effets des mesures prises dans le domaine des transports ?

La CIPRA présente les résultats du projet climatique " cc.alps " dans des dossiers thématiques intitulés " compacts ". Le " compact " CIPRA consacré aux transports explique l'impact climatique des mesures prises dans le domaine des transports. Les articles de fond sont complétés par des exemples de mesures favorables au climat, comme " Klima:aktiv ", un programme de conseil et de soutien du ministère autrichien de l'Agriculture, de l'Environnement et de l'Administration des Eaux et Forêts pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, " Alpin Pearls ", un réseau regroupant actuellement 21 communes touristiques qui se sont engagées, entre autres, sur le principe de la mobilité douce, ou encore la région de l'Almenland en Styrie/A, région sans voitures et neutre en CO2.
www.cipra.org/cc.alps-compacts