Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Point de vue : Un plan pour construire une société résiliente

Barbara Wülser, Co-directrice CIPRA International (c) DarkoTodorovic

La crise du coronavirus a fragmenté notre vie : relations, modèles de travail, comportements de loisirs et de consommation sont épars devant nous. Nous ne savons pas encore comment nous allons les remettre en place. Pour Barbara Wülser, codirectrice de CIPRA International, c’est aussi la chance de développer un nouveau plan qui nous permettra de construire une société mieux armée pour l’avenir.

Les mesures de lutte contre le Sars-CoV-2 font actuellement reculer la consommation d’énergie et les émissions de CO2. Le bruit et les vibrations sismiques diminuent, nous entendons de nouveau le chant des oiseaux, l’air est plus pur. Mais ne nous y trompons pas : ce n'est pas la transition écologique ! Nous vivons actuellement l’un des mois les plus chauds depuis le début des relevés et le troisième été de sécheresse s’annonce déjà. Si nous voulons réussir la vie et l’économie post-pandémie, le plan de reconstruction devra donner autant de poids aux aspects écologiques qu’à l’économie. Il pourra être complété et élargi, mais devra aussi être libéré de tous les aspects délétères.

La menace est réelle : au nom de la relance, les gouvernements risquent d’insuffler des milliards dans le maintien d’un système qui fait de nombreux perdants, et peu de gagnants : des milliards promis à la lutte contre le changement climatique, qui manqueront pour sa mise en œuvre. Nous avons aujourd’hui besoin d’une répartition équitable des charges pour atténuer les effets négatifs de la mondialisation, responsable en partie de ces deux crises : la pandémie du coronavirus et le changement climatique. La mise en place d’une gouvernance mondiale pour les problèmes engendrés par la mondialisation, que ce soit dans le domaine de la santé ou dans celui de l’environnement, ne peut être renvoyée à plus tard.

Deux questions seront décisives : quelle sera l’orientation des mesures de relance attendues, et quelles branches seront financées selon quels critères. L’objectif de toutes les mesures doit être de mettre en place un ordre social et économique résilient, dans lequel la production et la consommation s’orientent sur les ressources réellement disponibles.

Des solutions praticables existent déjà dans de nombreuses régions alpines. Des filières relativement courtes et locales renforcent les circuits économiques locaux, et donc l’indépendance vis-à-vis des influences extérieures. Les communautés locales encouragent le vivre ensemble, ainsi que le dialogue avec les personnes qui pensent autrement. Les espaces libres et le manque d’occasions de consommer encouragent la responsabilisation et l’innovation sociale, qu’il s'agisse de réparer les appareils au lieu d’acheter du neuf, de proposer des structures d'accueil pour les enfants ou les personnes âgées, de sauver le dernier restaurant de la vallée ou d’organiser des achats groupés pour l'alimentation.

Au niveau technologique, de nombreuses innovations existent déjà. Elles auraient souvent simplement besoin d’un coup de pouce, par exemple un financement initial, ou un besoin lié à une nouvelle situation – comme c’est le cas aujourd’hui. Nous devons développer ensemble des visions positives, et exiger avec véhémence leur mise en œuvre. Pour cela, nous avons besoin de réseaux, de coopérations et d’échanges de connaissances et d'expériences à tous les échelons, du niveau local au niveau international.

Face au coronavirus, les États nationaux sont devenus des gestionnaires de crise. Cette crise sera un jour ou l’autre maîtrisée grâce au confinement, aux médicaments, aux vaccins, etc. Elle nous a montré, entre autres, à quelle vitesse nous étions capables de nous adapter. Tirons parti de cette expérience ! Le plan de reconstruction post-pandémie doit impérativement inclure la maîtrise de la crise climatique. Le changement climatique est en effet, lui, irréversible.

 

Sources et informations complémentaires :

www.republik.ch/2020/04/10/wir-sollten-in-europa-nicht-warten-bis-wir-amerikanische-verhaeltnisse-haben (de),  www.republik.ch/2020/04/13/verschnaufpause-fuer-die-natur (de), www.infosperber.ch/Artikel/Gesundheit/Covid-19-Krise-Ursache-Gesundheit-Kumulation (de), www.ndr.de/fernsezen/Mit-Anja-Reschke-und-Claudia-Kmfert,sendung1032078.html (de), https://atmo-france.org/wp-content/uploads/2020/03/200327_interaction_QA_covid19.pdf

Mots-clés associés : , ,