Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La CIPRA demande à la SUERA d’accorder une plus grande place au développement durable

Impliquer et motiver les jeunes pour une bonne qualité de vie dans les Alpes. © CIPRA International

La Stratégie européenne pour la région alpine est régulièrement utilisée comme plate-forme pour la défense d’intérêts particuliers. Dans une Lettre ouverte, la CIPRA attire l’attention sur les abus et propose des solutions.

L’Assemblée générale de la Stratégie européenne pour la région alpine (SUERA) aura lieu la semaine prochaine à Munich/D. La Commission Internationale pour la Protection des Alpes (CIPRA) adresse en amont de l’Assemblée un message critique aux ministres compétents.

La CIPRA rappelle d’une part le potentiel de la SUERA pour encourager le développement soutenable. Elle demande que l’objectif du développement économique ne soit pas privilégié au détriment de la dimension sociale et écologique du développement durable. Selon elle, on observe dans le cadre de la SUERA, sous forme d'un mix hétéroclite d'acteurs, de nombreux partisans d'une conception de la croissance de courte vue et d'incitations coûteuses pour impulser cette croissance, par exemple à travers les autoroutes, les domaines skiables ou les attractions touristiques dans les espaces protégés alpins. L'économie en tant que sous-système de notre société joue un rôle important pour le développement de la région alpine et la cohésion sociale. « Cependant, elle ne doit pas sacrifier la richesse de la biodiversité, la pureté de l'air, la mobilité durable et la présence de paysages inexploités », est-il dit dans la Lettre.

La CIPRA souligne d’autre part que la SUERA doit s’appuyer sur des instruments éprouvés et juridiquement contraignants tels que la Convention alpine. Elle invite aussi à lancer une réflexion sur l’ouverture de passerelles en direction des jeunes : concernés au premier chef par les décisions prises aujourd’hui, ils doivent avoir la possibilité de participer au processus de construction de la Stratégie. La CIPRA critique également le rôle trop faible accordé à la société civile dans les groupes d’action de la SUERA : « Nonobstant tous les efforts d'efficacité et le souhait de processus décisionnels rapides, il convient de réserver une place suffisamment large à la participation. »

 

> lettre ouverte

www.b2match.eu/alpine-forum-munich (de, en)