Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Coadaptation entre humains et loups

La coadaptation comme objectif : comment humains et loups peuvent cohabiter en bonne entente avec la distance nécessaire. (c) flickr, Marc Biarnès

Les loups reviennent dans les Alpes : dans le cadre d'un projet, la CIPRA souhaite engager des échanges avec les parties prenantes au niveau local sur la manière dont la co-adaptation entre les humains et les prédateurs est possible.

Bergers, chasseurs, défenseurs de l'environnement, responsables politiques : le retour et la dispersion des loups dans les Alpes génèrent des conflits entre acteurs de différents horizons. Les discussions montrent qu’il est impératif de repenser nos comportements vis-à-vis de certains aspects de la nature en général, et les rapports entre les humains et les loups en particulier.

Le projet de la CIPRA « Transfert de connaissances pour la coadaptation entre le loup et les humains dans les régions alpines » réunit différents groupes d’acteurs au-delà des frontières régionales et nationales, mais aussi sociales et culturelles. Il vise à favoriser l’échange d’expériences, de points de vue et de pratiques en matière de gestion des conséquences liées à la présence des loups. La question centrale du projet : comment la co-adaptation entre les humains et les loups (c’est-à-dire l’adaptation des humains et de leurs activités face aux prédateurs, mais aussi des prédateurs face aux humains et à leurs activités) peut-elle fonctionner durablement ? Des protagonistes de tous les pays alpins sont invités à partager leurs expériences sur le retour des loups, qui varie beaucoup d’un pays à l'autre. Par exemple, alors que les loups se sont installés dans les Alpes françaises il y a une trentaine d’années, la première formation de meute en Suisse n'a été confirmée qu’en 2012.

Pour Marion Ebster, responsable du projet, une autre spécificité de la démarche réside dans son approche régionale et locale. « Nous voulons aller dans les territoires et réunir les gens sur le terrain pour apprendre les uns des autres. » Selon elle, c’est au niveau local qu’on peut le mieux impliquer les groupes d’intérêt et identifier des pistes pour vivre dans une cohabitation plus sereine avec les loups. Un projet préparatoire d’un an vient d’être lancé. Il sera suivi d’une phase de mise en œuvre et de travail sur le terrain. Le projet est soutenu financièrement par le Ministère allemand de l’Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire, ainsi que par les fondations suisses Temperatio et unaterra.

 

Sources et informations complémentaires :

Frank, Elisa und Nikolaus Heinzer (2019): Wölfische Unterwanderungen von Natur und Kultur – Ordnungen und Räume neu verhandelt. In: Stefan Groth und Linda Mülli (Hg.): Ordnungen in Alltag & Gesellschaft. Empirisch-kulturwissenschaftliche Perspektiven. Würzburg, S. 93-124. (de), www.lifewolfalps.eu/en/the-project-in-its-six-guidelines/ (en), www.zora.uzh.ch/id/eprint/137893/1/AlMu_Wolf_Publikation_Buch_02_ePub_DEFINITIV.pdf (de)

Mots-clés associés : , ,