Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Quelle est la valeur de l'herbe ?

Évaluation monétaire des services rendus par la nature : une nouvelle publication met en lumière les possibilités et les limites. © Radka Schöne / pixelio

Les Alpes avec leurs sommets, leurs cours d'eau, leurs alpages et leurs arbres sont un patrimoine d'intérêt général qui est disponible à tous gratuitement. Une étude récemment publiée analyse les possibilités et les limites de l'évaluation de la valeur des habitats.
Perdre une montre ou un bijou de valeur est particulièrement agaçant lorsque l'objet a une valeur monétaire ou affective. Les Alpes perdent elles aussi jour après jour des espaces naturels, sans que pratiquement personne ne le remarque ou s'en soucie. Cela peut s'expliquer par le fait qu'il est difficile d'évaluer monétairement les services rendus par les écosystèmes - par exemple la pollinisation des plantes par les abeilles. L'étude que vient de publier l'Office autrichien de l'agriculture de montagne, intitulée " De la valeur de la biodiversité ", met en lumière les possibilités et les limites d'une évaluation monétaire des milieux de montagne et de leurs services écosystémiques.
L'étude conclue notamment que les agriculteurs et agricultrices de montagne ont besoin de perspectives d'avenir pour pouvoir gérer les écosystèmes montagnards. Par ailleurs, elle souligne que les dommages occasionnés à l'environnement doivent être également pris en compte en termes financiers. Il est en effet économiquement aberrant d'un coté de mettre en place des compensations financières pour les services écosystémiques, tout en continuant à utiliser de l'autre côté des machines, des techniques et des produits qui ont un impact négatif sur la nature.
Source et informations complémentaires :
www.bergbauern.com/cm3/de/publikationen (de)