Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Nous sommes les Alpes

Rainer Siegele, président du Réseau de communes " Alliance dans les Alpes " (1999-2012) : une étude récente montre qu'un acteur peut contribuer largement au développement d'une identité alpine. © Gemeinde Maeder

Les réseaux contribuent-ils à forger une identité alpine ? Une étude scientifique étudie pour la première fois le rôle joué par des organisations comme " Alliance dans les Alpes " ou " Alpine Pearls " dans le sentiment d'appartenance à l'espace alpin.
La volonté de concrétiser les objectifs de la Convention alpine a entraîné la création de plusieurs réseaux dans les Alpes à la fin des années 90, dont " Alpine Pearls ", le " Réseau alpin des espaces protégés " (Alparc) et le Réseau de communes " Alliance dans les Alpes ". Une thèse récemment publiée étudie le rôle de ces trois réseaux dans le développement d'une " identité alpine ".

L'unité dans la variété : des réseaux différents et pourtant très semblables
Les réseaux regroupent des communautés de personnes qui ont des problèmes analogues, selon l'étude. Pour les acteurs de ces réseaux, les Alpes ne sont pas uniquement constituées de montagnes, mais se définissent aussi par les difficultés liées à la topographie. Les membres des réseaux ont aussi en commun le fait qu'ils considèrent les Alpes comme un espace cohérent, mais formé d'entités très différentes, notamment au point de vue linguistique. Selon une conclusion de l'auteur de la thèse, Cristina del Biaggio, l'identification avec cette région " Alpes " n'incite pas forcément les politiciens locaux à se concentrer plus fortement sur des projets et des réseaux transalpins. Et inversement : l'appartenance à un réseau ne signifie pas qu'une commune ou un élu se sente particulièrement lié aux Alpes.

Identités stratégiques et rôle des individus
La motivation pour adhérer à un réseau est souvent liée à des raisons pragmatiques : les communes cherchent de nouvelles possibilités de financement, des solutions à des problèmes locaux ou des partenariats pour des projets. Les Alpes constituent avant tout une identité " stratégique ", et non affective. Les acteurs des réseaux ont de ce fait souvent du mal à penser et à agir à l'échelon transalpin. Pourtant, certains élus communaux peuvent jouer un rôle décisif dans le développement d'une identité " alpine " et dans la vie dans les réseaux : ils ont la capacité de transformer un sentiment d'appartenance individuel en un sentiment collectif. Autrement dit : si ces " leaders " considèrent que l'appartenance à un réseau représente une valeur ajoutée, ils peuvent orienter la stratégie de leurs communes vers l'identité alpine et contribuer à ce que les habitants se sentent part d'un projet, voire du réseau. Les membres d'Alpine Pearls, d'Alparc ou du Réseau de communes forment ainsi le fer de lance d'une région " Alpes ", et lui donnent sa substance.
Source: Cristina del Biaggio (2013). Linking up the Alps. How networks of local political actors build the pan-Alpine region (en); [email protected]