Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Changement climatique : la tordeuse du mélèze grignote moins de mélèzes

Changement climatique : tordeuse du mélèze et mélèze ne font plus bon ménage

Changement climatique : tordeuse du mélèze et mélèze ne font plus bon ménage © Karl-Heinz Liebisch / pixelio.de

Tous les huit à dix ans, de nombreux mélèzes brunissent dès le début de l'été. Responsable : la tordeuse du mélèze, dont la population augmente alors drastiquement. Les chenilles se nourrissent des aiguilles nouvelles, qui une fois mangées se dessèchent. Les mélèzes sains surmontent sans difficulté cet envahissement cyclique.
Toutefois, des chercheurs suisses viennent de découvrir que le changement climatique pourrait mettre un terme à ce phénomène typique des Alpes. L'évolution de l'insecte au cours des 1 200 dernières années a été analysée. Les mesures effectuées ont montré que l'accroissement massif qui avait lieu tous les dix ans s'est soudainement modifié à partir de 1980. L'élévation des températures pourrait en être l'explication : l'habitat optimal des chenilles s'est déplacé de 1 600 à 2 000 m d'altitude. A une telle hauteur, les mélèzes sont bien plus rares.
Cette étude est une bonne nouvelle pour la sylviculture. En revanche, les conséquences de cette modification de l'interaction entre différentes espèces, pour les forêts de mélèzes comme pour l'ensemble de l'écosystème, restent obscures.
Source : www.crea.hautesavoie.net/image/actualites (en)