Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Tourisme durable

Image caption:
@LeMonde

Problématique et enjeux

Le tourisme constitue la principale activité économique de l’arc alpin avec près de 120 millions de visiteurs par an. Cette activité doit faire face à de nombreux défis dont le changement climatique qui a pour principale résultante la remontée de la limite pluie/neige et ses conséquences sur l’activité ski avec un rehaussement de l’enneigement de 300 mètres d’ici à 2050. La déclaration changement climatique de la Convention alpine appelle à une diversification du tourisme et à des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Le « tourisme durable », terme qui revêt de nombreuses réalités, apparaît comme une des solutions. Il pourra correspondre à une volonté de diversification des activités et de multi-saisonnalité pour contrebalancer un système économique basé sur les sports d’hiver et le « tout neige » ; encourager et favoriser les petits gestes du quotidien plus respectueux de l’environnement ; renforcer des activités comme l’itinérance ou encore l’ingénierie touristique dans les zones isolées, etc.

CIPRA France relève qu’une large partie de la chaîne alpine française, non couverte par des stations d’altitude, ne dispose pas d’analyses socio-économiques fines permettant d’orienter par la suite les politiques publiques. Le tourisme durable touche à l’ensemble des facettes du développement durable et des actions de la SUERA. Les protocoles « aménagement du territoire » et « tourisme » de la Convention alpine constituent également des aiguillons tant les questions d’aménagement du territoire et de tourisme sont liées. A l’échelle locale, les PLUi, SCOT et SRADDET doivent traduire cette ambition.

Du local à l’Europe

De nombreux territoires alpins sont couverts par un tourisme diffus, peu structuré (refuges, gîtes, accueil à la ferme, prestataires d’activités, etc.) sans stratégie collective de développement territorial. De nombreuses initiatives autour du tourisme durable sont conduites dans d’autres pays de l’arc alpin sans que l’on dispose d’une vision claire de la situation de ce secteur aux multiples facettes. Ce tourisme renvoie également à la mise en place d’une économie circulaire dans laquelle agriculture, artisanat, tourisme, services publics s’autoalimentent. Des exemples de relance d’activité économique dans des villages italiens (par exemple Ostana) induit un développement de l’activité touristique.

Groupes d’action concernés

Propositions à long terme

  • Conduire une analyse socio-économique et environnementale fine dans les territoires alpins hors stations de ski, ceci pouvant être à long terme le support d’un tourisme durable structuré

  • Recenser et analyser les initiatives de tourisme durable dans l’arc alpin

  • Structurer l’écosystème de recherche dans l’arc alpin autour de ce tourisme durable

Proposition Présidence française 2020 :

P1. Réunir les différents acteurs du tourisme pour poser les bases d’une analyse socio-économique et environnementale fine dans les territoires alpins hors stations de ski (portage à définir).

Recherche scientifique, initiatives des territoires

  • Observatoire des territoires de montagne porté par le CGET.
  • Diversification touristique du Vercors tournée vers les 4 saisons. Commune de Saint-François-de-Sales (Bauges) qui renforce son activité touristique autour de la nature.
  • Voyage d’étude à Ostana (synthèse sur www.cipra.org)