Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Tourisme ‘express’ sur l’Eiger

Les activités touristiques vont-elles s’amplifier à l’ombre de la face nord de l’Eiger ? © Thanthia, flickr

La face nord de l’Eiger dans l’Oberland bernois est un haut lieu de l’alpinisme. Un nouveau projet de remontée mécanique veut rendre les trois sommets de l’Eiger, du Mönch et de la Jungfrau encore plus accessibles. Les associations environnementales suisses critiquent le projet.

La société de remontées mécaniques Jungfraubahnen AG veut renouveler son parc d’ici 2016. Elle prévoit aussi de construire un nouveau télésiège reliant Grindelwald au glacier de l’Eiger : l’Eiger-Express. Cette nouvelle remontée permettrait de transporter encore plus de touristes vers la gare la plus élevée d’Europe, le Jungfrauenjoch. L’argument de la société : cette région touristique de Suisse doit rester concurrentielle. La nouvelle remontée permettra selon elle de créer de nouveaux emplois et de renforcer l’économie locale.

Mais ce qui semble logique au premier abord pourrait entraîner un effet boomerang. L’Eiger-Express permettrait de transporter les touristes à un rythme très rapide. Or, ces touristes n’apporteraient pratiquement aucune valeur ajoutée aux villages. « Le paysage exceptionnel des Alpes perd de sa valeur lorsque le tourisme n’est plus axé que sur le spectacle et les voyages de groupes », déclare Christian von Almen, entrepreneur local et opposant au projet. Selon lui, cette nouvelle liaison aura un impact négatif pour la population de la vallée, pour les vacanciers, et avant tout pour la magnifique coulisse naturelle des trois sommets de l’Eiger, du Mönch de la Jungfrau.

Selon les organisations environnementales, le projet constitue une atteinte grave au paysage. L’Eiger-Express serait en effet construit directement devant la très célèbre face nord de l’Eiger. La zone fait partie d’un site classé patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO et est inscrite à l’inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d’importance nationale. Les organisations environnementales demandent donc la réalisation d’une étude d’impact complémentaire sur le paysage

En octobre 2014, la population de Grindelwald sera appelée aux urnes pour se prononcer sur la modification du plan d’urbanisme nécessaire à la construction de la remontée, et par la même occasion sur le développement touristique de la région. Dès lors, elle décidera si la construction d’équipements touristiques doit se poursuivre ou si le Jungfraujoch restera l’emblème préservé de la région et de la Suisse.

Source et informations complémentaires : http://www.eiger-express-nein.ch/ (de), http://bo.bernerzeitung.ch/Region/dossier2.html?dossier_id=2298 (de), http://www.jungfrauzeitung.ch/news/dossier/10125/ (de)

Mots-clés associés :