Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les jeunes font de la politique climatique

Dans le cadre du Parlement des jeunes de la Convention alpine, des jeunes de tous les pays alpins débattent chaque année des grands enjeux de la politique alpine. (c) YPAC

Le Parlement des jeunes de la Convention alpine s’est penché cette année sur un sujet hautement d’actualité : la gestion des changements climatiques. Dans le cadre de la session, les lycées organisateurs et CIPRA International ont réaffirmé leur partenariat de longue date par la signature d’un protocole d’accord.

Les participantes et participants du « Parlement des jeunes de la Convention alpine » réunis à Merano/I n’ont pas exigé un changement radical du système, comme a pu le faire le mouvement mondial des « grèves scolaires » pour le climat. Mais ils ont exprimé clairement à plusieurs reprises leur insatisfaction vis-à-vis de la politique actuelle. Les jeunes veulent avoir leur mot à dire, mais ont souvent l’impression d’être laissés pour compte. Le Parlement des jeunes de la Convention alpine (YPAC) leur donne l’occasion de s’exprimer et les prépare à prendre la parole. Il est organisé chaque année par dix lycées de tous les pays alpins.

La 14ème édition du YPAC à Merano a traité la question du changement climatique, une thématique complexe et explosive. Pendant une semaine, du 25 au 29 mars 2019, 80 lycéens et lycéennes de 16 à 19 ans ont débattu de la question. « Nous sommes à la croisée des chemins », a souligné Georg Kaser de l’université d’Innsbruck/A, co-auteur de plusieurs rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il a expliqué aux jeunes les mécanismes de la politique climatique mondiale – et les raisons de la lenteur du système politique. Son message ? Une citation de la jeune militante suédoise Greta Thunberg : « Commencez à vous concentrer sur ce qui doit être fait, plutôt que sur ce qui est politiquement possible. ».

Des transports aux droits humains

Les jeunes ont formulé neuf propositions sur plusieurs sous-thématiques : écologie, santé, droits humains et participation des jeunes, et les ont présentées vendredi aux responsables politiques, aux scientifiques et à la société civile. Barbara Wülser, co-directrice de CIPRA International, était également présente. Elle a salué la diversité des propositions : « Les jeunes savent qu’on a besoin des deux approches : une politique climatique « d’en haut » anticipative et efficace, par exemple dans le domaine du trafic de transit ou de la gestion des eaux, mais aussi des initiatives « d’en bas » lancées par la société civile. Pour que ces initiatives puissent s’épanouir, elles ont besoin d’un cadre politique approprié, tout comme la participation des jeunes.

Dans son discours en plénière de clôture, Leonardo Fior, délégué de Bassano del Grappa/I, a évoqué les profondes répercussions du changement climatique sur les droits humains, qu’il s’agisse des réfugiés climatiques, des mutations des secteurs d’activités ou de la question de l’eau potable : « Nos propositions visent à réduire l’écart entre l’idéal et la réalité. Pour donner corps à une ombre. Pour reprendre des mots écrits il y a quelques années et leur donner une nouvelle voix. Notre voix ».

CIPRA International coopère depuis de nombreuses années avec le YPAC. À Merano, ce partenariat a été réaffirmé et renouvelé par la signature d’un protocole d’accord. La déclaration porte notamment sur la préparation des thématiques et la communication, ainsi que sur l’implication des jeunes dans la politique alpine et la mobilisation environnementale.

Sources et informations complémentaires : www.ypac.eu (en)