Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Entre exode et pression d’aménagement

Ambiance détendue pour les participants du séminaire I-LivAlps « Vivre et travailler dans les Alpes » dans la salle communale de Schellenberg.

La question du lieu où nous habitons et travaillons est une question très personnelle. Il est toutefois difficile d’y répondre sans la politique et l’économie, qui doivent mettre en place les coopérations et les conditions nécessaires. Tel est l’un des constats de l’atelier « I-LivAlps » organisé ce week-end par la CIPRA au Liechtenstein.

L’éloignement entre le lieu de travail et le lieu d’habitation détermine le rythme de notre vie quotidienne. La pression de l’urbanisation se fait de plus en plus forte dans les régions prospères des Alpes, alors que les habitants des territoires éloignés des centres émigrent ou doivent accepter de longs trajets domicile-travail. La question du lieu où nous habitons et où nous travaillons n’est donc pas uniquement une question personnelle : elle a aussi un impact sur la société. Une cinquantaine de jeunes, d’experts et de représentants de la CIPRA ont discuté du 2 au 4 février 2017 à Schellenberg (Liechtenstein) sur les différents aspects et perspectives de la thématique « Vivre et travailler dans les Alpes ». Cet atelier « I-LivAlps » était le troisième de quatre rencontres organisées dans le cadre du projet éponyme financé par le programme européen Erasmus+ et par la Fondation CARIPLO.

En territoire urbain, les emplois sont concentrés majoritairement dans le secteur des services, alors qu’en zone rurale, il se trouvent essentiellement dans le secteur de la production ou de la transformation, a expliqué Federica Corrado, Présidente de CIPRA Italie. « Les nouveaux montagnards, à savoir les personnes originaires de régions urbaines qui viennent s’installer dans des régions enclavées, peuvent être une source d’innovation et contribuer à créer de nouveaux emplois. » L’enjeu est de savoir comment les communes et les territoires peuvent accompagner cette évolution. Heidrun Bichler-Ripfel de l’Institut de recherche appliquée sur l’artisanat a souligné l’importance de l’artisanat traditionnel pour l’identité et l’économie en Autriche. Elle a toutefois montré que l’attractivité et le statut social de ces métiers étaient en perte de vitesse, et que leurs perspectives s’amenuisaient en même temps que les coûts augmentaient.

De nouvelles opportunités se présentent à condition de reconnaître la valeur des ressources locales, de les valoriser et de leur faire profiter des tendances actuelles telles que l’accès au numérique, en créant par exemple des espaces de coworking. Des échanges et des coopérations doivent être mis en place entre les personnes, les institutions et les organisations. L’atelier interactif y a contribué. La CIPRA assurera la diffusion des idées et des constats de la rencontre, entre autres dans le cadre du projet alpMonitor.

 

Sources et informations :

www.cipra.org/fr/cipra/international/projets/en-cours/i-livalps

www.cipra.org/fr/alpmonitor/champ-d2019action-habiter-et-travailler

www.bmwfw.gv.at/Presse/Documents/161125_Handwerksstudie_210x260_BF.PDF (de)