Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Des concepts pour une économie en transition

Les « communs » désignent des produits et ressources que les gens produisent, entretiennent ou utilisent ensemble. Il peut s’agir de milieux aquatiques, de sols, d’espaces, de semences, de vélos, de connaissances, de moyens de production ou d’océans. Tout peut devenir un commun. Pour préserver les communs, on a besoin d’auto-organisation et de règles définies par la communauté. La notion de communs est plus large que celle de communaux ou de bien commun (p. 5).

Dans l’économie du bien commun, le succès n’est pas basé sur la concurrence, mais sur la coopération. L’objectif premier n’est pas le gain financier, mais le plus grand bien-être possible pour chaque individu d’une communauté. Dans leur bilan du bien commun, les entreprises présentent des valeurs telles que la responsabilité sociale, la durabilité écologique, la solidarité, la transparence ou la démocratie au sein de l’entreprise (p. 14).

Dans l’économie solidaire, la satisfaction des besoins humains est au centre de l’économie. Elle est basée sur les relations sociales et l’auto-organisation, et se conçoit aussi comme une auto-assistance économique. Des monnaies alternatives remplacent en partie l’argent comme moyen d’échange et de paiement. Parmi les notions utilisées, on trouve les logiciels open space, les « repair cafés », l’éducation populaire, les entreprises autogérées ou les bourses d’échange.

Dans l’économie circulaire, les matériaux, les produits et l’énergie restent le plus longtemps possible dans le circuit économique, en vue de réduire la consommation de ressources, les déchets et les émissions. La durée d’utilisation dépend de différents facteurs : matières premières renouvelables, écoconception de produits durables, filières courtes, entretien, réparation. Ce type d’économie demande des solutions techniques et de nouveaux comportements de consommation (p. 12).

L’économie verte se définit comme une transformation vers une économie durable. Les instruments du marché doivent permettre de concilier transition écologique, profit économique et inclusion sociale. Un découplage entre la croissance économique et la consommation des ressources grâce à l’efficience et à l’économie circulaire est nécessaire. Une autre caractéristique est l’évaluation financière et économique du capital naturel et des services écologiques.

Avec le Pacte vert européen, la Commission européenne veut réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 et atteindre ainsi la neutralité climatique. Elle a établi à cet effet une feuille de route avec un plan d’action.

Les initiatives de transition font partie d’un mouvement mondial. Elles se mobilisent dans des villes ou territoires pour une société communautaire et une transformation vers une économie éco-sociale. Elles transforment leur environnement local en une sorte de laboratoire réel, pour expérimenter des formes de vivre ensemble respectueuses du climat, porteuses d’avenir et communautaires. La préservation des communs, l’économie du bien commun, la permaculture et l’économie post-fossile sont quelques-uns des aspects soutenus par les initiatives de transition (p. 9).

 

Source et informations : www.cipra.org/alpenscene

Mots-clés associés : ,