Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Chercher du travail et trouver un « chez soi »

Festival des cultures: clubs, restaurants et population de Rankweil/A célèbrent la diversité des langues, des coutumes et des religions (c) Ingrid Ionian

Redynamiser l’agriculture dans le Val Stura (Italie), tester la planification de l’action sociale aux Belleville (France), renforcer la culture de l’accueil dans le Bregenzerwald (Autriche) : à grand renfort d’idées et d’énergie, les gens dans les Alpes montrent l’exemple en matière d’intégration.

« J’ai appris comment m’occuper des abeilles et comment cultiver les tomates, les pommes de terre et d’autres légumes. » Mohammed Alpha Diallo, Alpha de son surnom, la vingtaine, vit depuis deux ans dans le Val Stura italien et apprend au sein de la coopérative Germinale Cooperativa Agricola di Comunità comment gérer une ferme de montagne. Son chemin pour y arriver fut long : du Sénégal, il a voyagé vers le Mali, l’Algérie et la Libye, d’où il a pris un bateau pour accoster en Italie. Désormais, il se sent chez lui dans le Val Stura.

Qui récolte les fruits ?

En 2015, de nombreuses exploitations agricoles du Val Stura manquaient de main-d’œuvre. En même temps, de jeunes migrants cherchaient des emplois en attendant une réponse à leur demande d’asile. L’association, devenue ensuite la coopérative Germinale Cooperativa Agricola di Comunità, a facilité le dialogue entre eux. La coopération a marqué un tournant pour les deux côtés. Soudain ils partageaient un objectif : développer de nouvelles perspectives économiques. Guilia Janneli, 41 ans, cofondatrice de l’association et éleveuse de brebis dans la vallée, est convaincue : « C’est important d’impliquer le grand public, les entreprises et les citoyens dans la démarche et d’accorder un rôle à chacun. » Un des succès majeurs serait la reconnaissance par le gouvernement. Les aidants, autrefois bénévoles, reçoivent désormais une rémunération. Par ailleurs, leur activité augmente leurs chances d’obtenir une autorisation de séjour en Italie.

Dans le cadre du projet PlurAlps, CIPRA International soutient depuis septembre 2018 la coopérative et la formation d’Alpha. « Je pense qu’on doit s’impliquer activement dans le lieu où on habite actuellement. » Il y a aussi des difficultés. Certaines personnes auraient des préjugés et ne comprendraient pas que chacun est différent. Alpha garde pourtant ses objectifs en tête : « Bien maîtriser mon job, respecter mon patron et devenir un jour entrepreneur indépendant. »

La qualité de vie dans les communes

Tout comme dans le Val Stura, des modèles innovants émergent dans d’autres endroits dans les Alpes pour faciliter l’intégration des migrants dans les communautés locales et sur le marché de l’emploi. De quelle façon peut-on améliorer la qualité de vie de la population et des migrants dans une commune ? Pour répondre à cette question, le réseau de communes « Alliance dans les Alpes » développe au sein du projet PlurAlps un outil en ligne pour planifier l’action sociale des communes. Grâce à un questionnaire, celles-ci peuvent s’évaluer, échanger et s’améliorer. Dix secteurs d’activité sont inclus dans l’outil, dont la participation, l’habitat, la formation, le travail, la santé et la mobilité.

Entre les saisons et le pays d’origine

La commune française des Belleville fait partie des dix communes pilotes dans les Alpes, qui testent l’outil de planification de l’action sociale. Les Belleville, un ensemble de 36 hameaux, vit du tourisme. 3 500 habitants y accueillent jusqu’à 55 000 hôtes, attirés par l’immense domaine de ski des Trois Vallées. Damer les pistes, servir à boire, masser les épaules : le tourisme hivernal dans les Alpes serait quasi impossible sans les nombreux travailleurs saisonniers. De grandes amplitudes horaires, le changement d’employeurs, l’absence fréquente d’un réseau social et une langue étrangère rendent le quotidien et l’intégration dans la communauté locale difficile.

De quelle façon Les Belleville gèrent-elles ces changements saisonniers ? De quelle façon la commune peut-elle offrir des logements à prix abordables, des services de santé ou encore des possibilités de formation ? L’outil de planification de l’action sociale est une bonne base pour répondre à ces questions, raconte Julika Jarosch de CIPRA France, qui accompagne la commune pilote. Lors d’ateliers, les représentants de la commune ont eux-mêmes évalué les services proposés, afin d’obtenir une vue d’ensemble. Sur cette base, ils ont développé leurs propres idées, telles que par exemple une appli pour mieux communiquer dans les hameaux, une brochure d’accueil et un apéritif pour les nouveaux arrivants ou encore le développement de cheminements piétons et cyclistes entre les hameaux.

Les expériences et propositions développées par Les Belleville sont intégrées dans l’outil de planification de l’action sociale, aux côtés des contributions des autres sites pilotes. Matthieu Jay, directeur des affaires sociales de la commune est convaincu : « S’il est bien utilisé et optimisé, l’outil de planification de l’action sociale peut inspirer les communes et les aider à se développer. »

Bienvenue au Vorarlberg

La migration a une longue tradition au Vorarlberg : pendant l’ère industrielle, les usines textiles tournaient surtout avec une main-d’œuvre étrangère ; celle-ci est aujourd’hui recherchée dans les secteurs de la construction, de la technique et de la gastronomie. Des demandeurs d’emploi de l’UE, ainsi que des personnes qui ont fui des régions en guerre recherchent au Vorarlberg une nouvelle patrie. Dans le cadre du projet PlurAlps, les agences de développement local du Vorarlberg et du Bregenzerwald renforcent la culture de l’accueil au sein des entreprises et des communes.

L’objectif est d’aider les nouveaux arrivants à accéder au marché de l’emploi et à s’intégrer dans les communautés locales. Pour cela, l’agence Regio Bregenzerwald organise des cours de langues pour les personnes actives et se positionne comme interlocuteur pour toutes les questions concernant l’intégration et l’emploi dans les entreprises locales. Où trouve-t-on un emploi chez un artisan, un médecin ou un centre de conseil pour les demandeurs d’asile ? La plateforme en ligne www.vorarlberg-finder.at fait partie de l’offre et permet aux nouveaux arrivants de trouver des informations dans différentes langues.

 

Maya Mathias, CIPRA International


Source et informations : www.cipra.org/alpenscene

Mots-clés associés : ,