Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les États du Rhin alpin contre la fracturation hydraulique sur le lac de Constance

L'IRKA refuse de courir le risque que la qualité de l'eau potable du lac de Constance soit menacée par la fracturation hydraulique. © LouPe / pixelio.de

L'eau potable est plus précieuse que le gaz naturel. Les États riverains du Rhin alpin sont unanimes sur ce point et expriment clairement leur position sur l'exploitation des ressources potentielles de gaz naturel par la fracturation hydraulique.
La Commission intergouvernementale du Rhin alpin (IRKA) s'est prononcée à la mi-novembre 2013 contre la fracturation hydraulique sur les rives du lac de Constance. Les gouvernements des cantons suisses des Grisons et de Saint-Gall, du Land autrichien du Vorarlberg et de la Principauté du Liechtenstein sont unanimes. Les membres de l'IRKA ont ainsi pris très clairement position pour la protection de l'eau potable : le lac de Constance, alimenté par le Rhin alpin, est le plus grand réservoir d'eau potable d'Europe et assure l'approvisionnement en eau de cinq millions de personnes.
La fracturation hydraulique consiste à injecter à haute pression dans la roche un mélange de sable, d'eau et d'additifs chimiques pour libérer le gaz naturel. Cela peut entraîner une pollution de la nappe phréatique. Les membres de l'IRKA ne veulent pas courir ce risque. Les signaux sont les mêmes en France. Malgré l'appel lancé par des parlementaires pour le lancement de forages expérimentaux en région parisienne, le gouvernement maintient l'interdiction de la fracturation hydraulique instaurée par une loi de 2011.
Source et informations complémentaires :
www.suedostschweiz.ch/zeitung (de), www.actu-environnement.com/ae/news