Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

L'Italie menacée de gigantesques embouteillages

Les associations environnementales exigent une politique globale des transports, qui est le seul moyen de réaliser réellement le transfert du trafic des marchandises de la route vers le rail. © Eva Freude / pixelio.de

Le tunnel ferroviaire du Gothard sera ouvert en 2016. La nouvelle liaison permettra de transférer le transport d'une grande partie des marchandises en transit entre l'Italie et la Suisse vers le rail. Or, l'Italie ne dispose pas des infrastructures nécessaires. Le pays va-t-il sombrer dans les embouteillages ?
Doris Leuthard, ministre des Transports suisse, a rendu visite début septembre à son homologue romain Maurizio Lupi. Objet de la visite : le transfert du trafic des marchandises de la route au rail et l'inauguration du tunnel de base du Gothard en 2016. L'achèvement de la Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) permettra de transporter des millions de tonnes de marchandises par le rail. Mais l'Italie n'est absolument pas préparée, selon l'organisation environnementale italienne Legambiente. " La politique des transports italienne s'est concentrée jusqu'à présent sur la liaison ferroviaire Lyon-Turin, beaucoup moins importante d'un point de vue stratégique, et sur l'extension du réseau routier. " L'Italie ne possède donc pas les voies d'accès et les centres logistiques nécessaires pour la connexion à la NLFA. Legambiente lance l'alarme : les marchandises qui arriveront en Italie seront rechargées sur des camions qui engorgeront les routes.
Ces problèmes ne sont pas nouveaux. La Suisse a décidé d'accorder une aide financière à l'Italie : " Nous voulons être impliqués dans la planification et avoir la garantie que les voies d'accès construites en Italie fonctionneront réellement ", a déclaré la ministre. Pour Legambiente et l'organisation suisse Initiative des Alpes, la construction d'un deuxième tunnel destiné à la circulation routière est contre-productif : il réduirait à néant les efforts engagés pour le transfert du trafic vers le rail. Selon elles, au lieu de nouvelles infrastructures, on a besoin d'instruments de gestion efficaces comme la bourse du transit alpin.
Source et informations complémentaires: www.alpeninitiative.ch/initiative-des-alpes , www.legambiente.it/contenuti/comunicati (it), www.uvek.admin.ch/dokumentation/00474/00492 , www.srf.ch/news/international (de)