Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

« Le voyage d’étude climalp nous a permis d’avancer »

À l’inauguration, la moitié du village afflue pour visiter le nouveau bâtiment. © Alexandre Mignotte/CIPRA France

Pour la construction d’un bâtiment multi­fonctionnel économe en énergie, Saint-Jean-d’Arvey a utilisé du bois local. Le Maire de la commune, Jean-Claude Monin, se remémore : c’est un voyage d’étude au Vorarlberg avec la CIPRA qui a inspiré le projet.
Le nouveau bâtiment communal multifonctionnel est particulièrement économe en énergie et est construit en bois local. Votre commune est pionnière en matière de construction durable. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
Se lancer dans un projet pionnier est un défi majeur pour tout le monde. Mais cela en vaut la peine, c’est très important et gratifiant ! Nous voulions nous lancer dans l’aventure d’un bâtiment démonstratif et expérimental qui puisse contribuer à la promotion de la filière bois local, et dans le souci de l’environnement. Nous, les responsables politiques, ne sommes pas élus pour faire du quantitatif uniquement, comme du « mètre-carré béton » ou « du mètre-carré goudron ». On est là pour l’environnement, l’avenir, le climat. A Saint-Jean-d’Arvey, nous sommes attentifs à tous ces défis. Mais, il faut aussi savoir rester humble et modeste. Cette contribution est certes intéressante et pionnière mais n’exagérons pas le rôle que l’on peut avoir. Pendant l’inauguration en juin 2012, tous les intervenants ont expliqué l’intérêt d’une telle démarche. Maintenant, il faut que ces démarches se propagent et que de plus en plus d’acteurs, comme notre commune, fassent ce qu’ils peuvent pour relever ces défis.

Quelles ont été les réactions quand vous avez présenté ce projet de bâtiment au conseil municipal ?
Avant de discuter et décider, nous avions fait un voyage en Autriche, dans le Vorarlberg. C’était important de pouvoir le faire avec la CIPRA. Ce que nous y avons vu nous a fait faire un grand pas en avant et a vraiment beaucoup enrichi notre démarche. L’excursion climalp a aidé à la prise de conscience, à la sensibilisation des conseillers municipaux et à la bonne évolution du projet. Au final le conseil municipal était unanime sur ce projet.

Ce bâtiment consomme moins d’énergie qu’un bâtiment traditionnel mais sa construction est plus coûteuse. Est-ce que ce choix constructif et financier a été bien accepté par vos collègues et concitoyens ?
Bien sûr ! Il y a quelques années, on avait doublé le prix de l’eau pour installer un procédé d’ultra-filtration à membranes pour ne pas mettre de chlore dans l’eau. Cette mesure avait également obtenu un consensus. L’important est de bien expliquer à la population ce que l’on fait et pourquoi on le fait. Et pour le traitement de l’eau, comme pour ce bâtiment, les gens ont adhéré. Je crois que les gens aujourd’hui adhèrent très fortement à ces défis. Evidemment, il peut y avoir des voix dissonantes ! Mais les remarques et les critiques font aussi avancer.

Conseilleriez-vous un maire, une collectivité de sortir de chez soi, d’aller voir ailleurs avant de se lancer dans une démarche comme celle que vous avez menée ici ?
Naturellement ! C’est très important ! Souvent les bonnes idées, on va « les piquer chez les autres », on les ramène chez nous, on les adapte. On recycle ! On invente. Agir ainsi, c’est bien à la mode, surtout dans le contexte actuel de mondialisation. On va par exemple en Afrique chercher des modèles de solidarité que l’on n’a plus chez nous ! Il faut s’ouvrir aux autres, aller voir ailleurs, comme le propose aussi le réseau de communes « Alliance dans les Alpes ».

Sentez-vous que les mentalités et l’opinion publique changent progressivement en faveur de l’écologie ?
Oui. Mais il faut ensuite être capable de mettre en œuvre les politiques sur le plan technique, sur le plan artisanal, sur le plan de la maîtrise d’œuvre… Aujourd’hui les mentalités changent plus vite que l’économie et la pratique. C’est paradoxal ! C’est donc notre rôle en tant que municipalités d’intégrer tous les acteurs ainsi que les habitants autour d’un objectif partagé et d’entreprendre avec eux les pas qui sont nécessaires pour le réaliser.

Alexandre Mignotte
CIPRA France

*************************************************************
Des communes s’inspirent mutuellement
Jean-Claude Monin est maire de la commune de Saint-Jean-d’Arvey dans les Alpes françaises. Celle-ci a construit pendant l’été 2012 un centre communal multifonctionnel à basse consommation d’énergie et en bois certifié. Le modèle qui en est à l’origine est le centre de Ludesch, Vorarlberg/A, visité lors d’un voyage d’études climalp.
Au travers du projet climalp, la CIPRA montre que les bâtiments énergo-efficientes en bois local sont confortables, protègent le climat et relancent l’économie locale. climalp a reçu en 2012 le soutien de l’Etat du Liechtenstein, de la Fondation Assistence et de la Fondation Karl Mayer.
Saint-Jean-d’Arvey est membre du réseau de communes «Alliance dans les Alpes » qui regroupe plus de 300 communes. Elles se mobilisent ensemble pour faire des Alpes un territoire d’avenir. La CIPRA a participé en 1997 à sa création et assume une partie des tâches de secrétariat et de gestion de projet depuis 2000.

*************************************************************
Source: Rapport annuel 2012 CIPRA International
www.cipra.org/fr/CIPRA/cipra-international