Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les régions exigent une baisse du transit

Dix millions de poids lourds traversent les Alpes chaque année.

Dix millions de poids lourds traversent les Alpes chaque année. © Frank Schultze - Zeitenspiegel

Les nuisances et les coûts engendrés par les voies de transit sont énormes : pollution de l'air, bruit, congestion des routes... Huit régions alpines réclament aujourd'hui l'introduction d'une bourse pour les droits de transit.
Pour maîtriser le trafic de transit transalpin, la région Rhône-Alpes, le Tyrol, le Tessin, les cantons de Suisse centrale, le Tyrol du Sud, la vallée d'Aoste, le Frioul et le Piémont ont décidé de coopérer dans le cadre du projet iMONITRAF! Les partenaires ont présenté leurs résultats dans une conférence organisée en décembre dernier : un instrument doit être introduit à l'échelle des Alpes pour parvenir à trouver un équilibre entre les besoins des populations, de l'environnement et du transport de marchandises. Cet instrument pourrait être la bourse du transit alpin : les États alpins définissent le nombre maximal de poids lourds autorisés à emprunter chaque année un axe alpin donné et délivrent les autorisations de passage. Les transporteurs peuvent ensuite négocier ces droits de passage. Les marchandises restantes doivent être transportées par le rail.
Nombre de poids lourds qui transitent par les cols
Les régions ne se contentent pas de souligner qu'une bourse du transit alpin permettrait de réduire le nombre des poids lourds traversant les Alpes. Elles proposent aussi de définir le nombre de camions autorisés à franchir chaque col alpin. La Suisse est actuellement le seul pays alpin à avoir ancré dans sa législation des objectifs concrets pour le transfert modal. Le Conseil fédéral a dû toutefois reconnaître récemment que les instruments existants ne permettraient d'atteindre en 2018 la cible de 650 000 trajets par an. Le rapport iMonitraf! reprend cet objectif pour la Suisse. Le nombre de camions en transit ne devra pas dépasser 1,24 million de véhicules en 2020 pour le Fréjus et le Mont Blanc, et un million pour le Brenner. A titre de comparaison : en 2011, 1,85 million de camions ont emprunté l'axe du Brenner.
L'appui du Parlement européen
En adoptant à la mi-décembre à une forte majorité son rapport sur le livre blanc de la Commission, le Parlement européen a lui aussi lancé un signal très fort en direction d'une participation du secteur des transports à la lutte contre les changements climatiques. Dans ce document, le Parlement exige une réduction des émissions de CO2 plus importante que celle qui avait été proposée par la Commission. Il demande également à la Commission de formuler d'ici 2014 de nouvelles propositions législatives permettant de réaliser l'internalisation des coûts externes des transports. Ces mesures bénéficieraient aux transports par le rail, plus écologiques.
Source et informations complémentaires : www.alpeninitiative.ch/web/alpine-initiative (en), http://imonitraf.org/DesktopModules/ViewDocument (en), http://imonitraf.org/DesktopModules/ViewDocument (en), www.stol.it/Artikel/Chronik-im-Ueberblick (de), www.greens-efa.eu/de