Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

L’ancienne RDA, précurseur en matière de déconstruction urbaine L’exemple de l’Est

La rivière Eine renaturée contribue à la nouvelle image de la ville d’Aschersleben.

La rivière Eine renaturée contribue à la nouvelle image de la ville d’Aschersleben. © Ursula Achternkamp

La population des grandes métropoles mondiales explose. En même temps, des villes comme Détroit ou Liverpool sont touchées par l’exode urbain. Dans les Alpes aussi, des villes et des villages dépérissent. Pourtant, la déconstruction urbaine est un thème qui n'est pratiquement pas discuté. Un coup d’œil au-delà des Alpes montre comment aborder dans la pratique le phénomène du retrait urbain.
Avec la disparition de la RDA, la ville d’Aschersleben en Saxe-Anhalt a perdu environ 10 000 emplois. Alors qu’au moins 33 700 personnes vivaient encore dans cette ville industrielle en 1990, il n’en restait plus que 27 300 en l’an 2000. Ce sont surtout les jeunes qui ont émigré, tandis que les plus âgés restaient dans les immeubles presque vides. Cela a entraîné, dans certains quartiers, une sous-utilisation problématique des infrastructures techniques et sociales.
De nombreuses localités des Alpes se battent avec des problèmes structurels similaires. Dans certaines régions de montagne, la modernisation de l’industrie et de l’artisanat a laissé de lourdes traces. La ville d’Eisenerz en Autriche (voir encadré) en est un exemple.

Rénovation urbaine à grande échelle
Vu des Alpes, ce qui se passe dans l’Est de l’Allemagne est un peu comme une projection vers le futur. En 2002, un programme d’aide à l’urbanisme intitulé Stadtumbau Ost (Restructuration urbaine à l’Est) a été lancé par l’Etat fédéral et les Länder, pour permettre d’engager des mesures de déconstruction et de revalorisation dans les communes en déclin. Ces mesures, qui touchent actuellement 400 villes et villages, devraient permettre d’améliorer durablement la qualité de la vie, de l’habitat et du travail dans ces localités.
A Aschersleben, des actions sont également financées dans le cadre de ce programme. Par ailleurs, la commune est l’une des 19 villes modèles de l’IBA (Exposition internationale d’architecture) de Saxe-Anhalt. Les IBA ne sont pas des expositions au sens traditionnel du terme, mais de véritables laboratoires pour l’avenir des villes en mutation démographique, permettant de tester différents outils de rénovation urbaine.

De nouvelles perspectives d'avenir pour la population
La stratégie de redéveloppement urbain adoptée par Aschersleben est celle du rétrécissement vers l’intérieur. Les sites périphériques sont démolis, tandis que le noyau urbain est revitalisé par des mesures encourageant le retour des logements au centre-ville. La reconversion d’un ancien bâtiment industriel a été la première étape de la mise en place d’un pôle de formation attractif. Plusieurs unités d’habitation ont été rasées. Diverses expositions et installations artistiques revalorisent les terrains vagues et le bâti ancien. Cette « Drive Thru Gallery » constitue, avec des espaces verts nouvellement créés ou régénérés, la nouvelle carte de visite de la ville. L’information et la sensibilisation de la population sont un élément essentiel du processus de retrait. Pour de nombreux habitants, en effet, la mort de leur ville est liée non pas au déclin en soi, mais aux mesures de démolition.
Dans l’Est de l’Allemagne, près d’un habitant sur deux vit dans une commune où l’on démolit des bâtiments. L’Ouest du pays lui emboîte le pas. Depuis 2004, le programme d’aide à l’urbanisme Stadtumbau West (Restructuration urbaine à l'Ouest) réagit aux changements structurels économiques et démocratiques à l’Ouest.
Dans les Alpes aussi, par exemple en Suisse, des communes se regroupent pour supprimer des structures parallèles ou utiliser plus efficacement les structures existantes. Contrairement à l’Allemagne orientale, où de grands centres et même des régions fusionnent, la coopération dans les Alpes se limite la plupart du temps à des communes isolées et de petite taille. Les mesures de redéveloppement sous forme de déconstruction urbaine y restent en revanche tabou.

*****************************************************************

Eisenerz/A – un exemple dans les Alpes

Eisenerz est l’une des rares communes de l’arc alpin qui réagit au déclin de la ville par des mesures de démolition. Cette ville est située en Styrie, au pied de l'Erzberg où prospérait jadis l’exploitation du minerai de fer. Avec la technologisation de l’industrie minière, de nombreux emplois ont été supprimés. Plus de la moitié de la population a émigré. En 2005, la ville a lancé un vaste programme de restructuration urbaine intitulé « redesign Eisenerz ». Ce programme prévoit la démolition et la reconversion du bâti résidentiel, ainsi que la concentration des logements dans des bâtiments réhabilités bien situés. Les mesures de restructuration ne sont cependant pas encore aussi avancées qu’en Allemagne orientale.
www.eisenerz.at/redesign (de)
Mots-clés associés :