Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La Convention alpine n'a pas de réponse au changement climatique

Alpenkonvention

Le plan d'action climatique adopté est trop timide pour permettre de faire progresser la protection du climat dans les Alpes. © www.conventionalpine.org

Lors de la Xème Conférence alpine organisée à Evian/F, les Etats alpins se sont entretenus d'une démarche commune en matière de lutte contre le changement climatique. Ils n'ont cependant pas pu s'accorder sur un plan d'action climatique pour l'espace alpin qui soit digne de ce nom. Le plan d'action climatique adopté durant la conférence contient, au-delà des formulations générales, quelques rares propositions concrètes, dues en grande partie à la pression exercée par la CIPRA. Celles-ci sont néanmoins bien trop timides pour faire véritablement progresser la protection du climat dans les Alpes.
Certains Etats ont souligné aujourd'hui pendant la Xème Conférence alpine, à Evian/F, l'importance de mesures de lutte contre le changement climatique et ont exprimé leur déception devant la proposition de résolution présentée. Il n'a pas été possible d'élaborer un ensemble de mesures concrètes qui soit acceptable par tous les Etats alpins. Seules ont été intégrées dans le plan d'action la demande d'une bourse de transit alpine, du ministre suisse de l'environnement Moritz Leuenberger, et la proposition du secrétaire d'état allemand à l'environnement, Michael Müller, d'évaluer s'il est possible de faire des Alpes une région neutre en CO2 d'ici 2050.
Le projet " Plan d'action Lutte contre le changement climatique " avait été initié en novembre 2006, lors de la IXème Conférence alpine à l'initiative de la CIPRA. La France, qui a assuré la présidence de la Convention alpine durant ces deux dernières années, s'était fixé comme objectif pour son mandat de faire des Alpes une région modèle en matière de prévention et d'adaptation au changement climatique, si l'on en croit du moins les documents. Au sein du Comité permanent de la Convention alpine, la proposition hésitante de la France n'avait guère été encouragée, et même plutôt torpillée par les autres Etats. La proposition avait déjà été critiquée en amont de la Conférence alpine par des associations écologistes mais également par des ministres de l'environnement. A plusieurs reprises, la CIPRA avait exhorté les Etats membres à prendre des mesures fortes et à définir un calendrier de mise en œuvre. Dès mars 2008, la CIPRA avait présenté une proposition complète de plan d'action concret, qui offrait des solutions dans tous les domaines où une action urgente était requise. Lors de la Conférence alpine d'aujourd'hui, la CIPRA a protesté avec véhémence contre l'inaction des ministres des Etats membres de la Convention alpine qui, selon elle, ont laissé passer une chance très importante pendant ces deux dernières années.
La Slovénie s'installe à la présidence de la Convention alpine pour les deux années à venir. Il est à présent demandé de trouver, avec les autres Etats alpins et l'Union européenne, une réponse au changement climatique.
Source : CIPRA International
Plan d'action climatique de la CIPRA: www.cipra.org/ (de/fr/it/sl)