Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La maison passive ne fleurit pas toute seule - La construction écologique au Vorarlberg

CIPRA Info Passivhaus

La norme passive permet des architectures modernes ou classiques. Ainsi, chaque bâtiment garde sa place, comme ici l’église entre l’école et le centre communal de Blons/A. © CIPRA International

Le Land autrichien du Vorarlberg ne possède pas seulement une forte densité d'objets architecturaux de première classe mais passe aussi pour une région modèle dans la construction écologique et performante sur le plan énergétique. Ce ne sont pas tant les mesures isolées, comme les incitations financières particulièrement élevées, qui ont permis d'en arriver là, mais plutôt une stratégie globale, conséquente et ambitieuse.
Jusque dans les années 80, la politique énergétique du
Vorarlberg était, comme ailleurs, dominée par les questions de la production de l'énergie. La création de l'Institut de l'Energie du Vorarlberg en 1985 conjointement par le Land, les fournisseurs d'énergie régionaux et d'autres institutions marque un tournant : la performance énergétique et les énergies renouvelables occupent de plus en plus le premier plan. En particulier dans le domaine de la construction.

La qualité de vie se ressent et se mesure
Les scientifiques ont d'abord vérifié si les concepts de construction performante sur le plan énergétique étaient commercialisables et donc adaptés à la production de masse, dans le cadre de projets de recherche et de démonstration comme le projet européen CEPHEUS. Les responsables ont contrôlé sur neuf maisons passives en Autriche - dont quatre au Vorarlberg -, si les valeurs calculées dans la théorie étaient confirmées par la pratique. Le résultat est incontestable : le besoin en énergie de chauffage calculé pendant la phase de conception correspond aux valeurs mesurées ; dans les maisons passives réalisées, les occupants estiment que le confort intérieur est sensiblement plus élevé que dans les bâtiments neufs habituels, ce qui est confirmé par les mesures des températures de l'air et de la surface, des vitesses de l'air ou de la qualité de l'air ; les surcoûts moyens de 8 % sont relativement bas si bien que les bâtiments peuvent être gérés de manière rentable. Ces résultats ont eu pour conséquence que, dans le Vorarlberg, le standard " maison passive " est devenu un facteur important de l'introduction sur le marché des bâtiments performants sur le plan énergétique.

Sensibilisation, formation continue, conseil
Les aides et les standards minimaux sont peu efficaces si la population ne comprend pas et n'a pas la volonté de construire et de rénover de manière efficiente sur le plan énergétique. Pour sensibiliser et informer les maîtres d'ouvrage et les propriétaires, l'Institut de l'Energie fait un travail considérable à travers la presse, sur internet et dans des brochures, et mène aussi des campagnes sur les thèmes essentiels. L'une a déjà eu lieu sur l'ajout d'un équipement solaire sur un bâtiment existant, une autre est actuellement en cours sur la construction passive et la prochaine devrait porter sur les rénovations. La formation continue est aussi un des éléments essentiels pour l'introduction sur le marché des bâtiments efficients sur le plan énergétique. Le Land propose aujourd'hui des formations bien adaptées aux divers groupes cibles, allant de la conférence d'un soir jusqu'aux cursus d'études supérieures de 120 h.
La sensibilisation et la formation continue sont complétées par le conseil en énergie que le Voralberg propose de manière décentralisée dans 20 services locaux de conseil. Les conseillères et conseillers indépendants sont formés par l'Institut de l'Energie. L'Institut garantit aussi la qualité du conseil. Les consultations sont plus ou moins approfondies selon les besoins et s'appliquent aux constructions neuves et surtout aux réhabilitations.
Les communes jouent un rôle particulièrement important dans la mise en œuvre à grande échelle de la stratégie destinée à introduire sur le marché les standards basse et très basse énergie. C'est là qu'intervient le programme e5 lancé
dans toute l'Autriche afin de soutenir les communes dans leurs efforts pour accroître la performance énergétique et pour introduire des sources d'énergie renouvelables. Pour la construction d'immeubles d'habitation et d'édifices publics particulièrement performants sur le plan énergétique, il existe des programmes spécifiques d'accompagnement et de conseil. Le programme de conseil " la construction durable dans les communes " encadre actuellement la réalisation d'une quinzaine de bâtiments publics qui répondent aux critères énergétiques et écologiques les plus élevés. L'accent est mis sur la réhabilitation, en particulier des écoles des années 60 et 70.

Exiger et soutenir
L'aide à la construction de logements est l'un des principaux instruments utilisés par le Vorarlberg pour orienter le secteur de la construction. Environ deux tiers des maîtres d'ouvrage autrichiens en profitent. Cette aide, introduite en 1950 pour des raisons sociales, intègre également, depuis 1990, des critères énergétiques et, depuis 2 000, des critères écologiques. Si, au départ, tous ces critères supplémentaires étaient facultatifs, il est désormais indispensable de respecter la consommation maximale d'énergie de chauffage autorisée ou d'avoir des sols sans PVC pour pouvoir simplement faire une demande d'aide à la construction de logement. L'aide est basée sur une série d'environ 50 critères d'importances différentes, groupés par catégories : conception et emplacement, énergie, technique de construction, choix des matériaux et espace intérieur. Le niveau de l'aide dépend du nombre de points obtenus sur l'ensemble des critères. Le service qualité de l'Institut de l'Energie du Vorarlberg contrôle les demandes de subvention ainsi qu'un grand nombre de bâtiments réalisés.

Les efforts portent leurs fruits
L'avance du Vorarlberg sur d'autres régions concernant la construction économe en énergie se manifeste par de nombreux faits. Dès 2 000, 50 % des nouveaux logements construits au Vorarlberg consommaient moins de 55 kWh/m²a pour leur chauffage. Depuis 2008, le standard basse énergie est même obligatoire pour toutes les nouvelles constructions. Il n'existe guère ailleurs dans les Alpes d'exigences de minima comparables. Les directives du Vorarlberg vont encore plus loin pour la construction de logements sociaux : depuis le début de 2007, les nouveaux bâtiments doivent impérativement satisfaire aux exigences du concept " maison passive " avec un besoin maximal annuel de 15 kWh/m² pour le chauffage. Entraînée par cette directive, au Vorarlberg, la construction passive a le vent en poupe : au cours de cette année, on prévoit que plus de 10 % des unités de logements nouvellement construites se conformeront au standard " maison passive ".
Les offres omniprésentes de consultations en énergie et les aides incitatives des dernières années ont aussi contribué à l'augmentation très nette de la proportion de bâtiments à faible consommation d'énergie dans le parc immobilier ancien grâce à des réhabilitations thermiques. Le bailleur social VOGEWOSI qui construit des logements sociaux est en train de prouver dans le Vorarlberg que les bâtiments des années 70 peuvent réduire leur besoin en énergie de chauffage jusqu'au niveau du standard " passif " grâce à des réhabilitations exemplaires.
Grâce à la continuité de cette stratégie de commercialisation de bâtiments écologiques et performants sur le plan énergétique, et grâce à l'utilisation encouragée des énergies renouvelables, de nombreux emplois nouveaux ont été créés au cours des deux dernières décennies. De nouvelles entreprises innovantes se sont aussi créées ou développées dans divers secteurs tels que la construction en bois, la construction de fenêtres, la thermique solaire, les techniques de chauffage et de ventilation " maison passive ", les pompes à chaleur ou les systèmes de chauffage au bois. Les entreprises artisanales de la région seront les grands bénéficiaires du développement désormais incontournable des réhabilitations thermiques et à haute intensité de main d'œuvre.