Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La Bavière prévoit de nouveaux ponts biologiques

Hirsch

Les ponts biologiques sont indispensables à de nombreuses espèces telles que le lynx, le cerf, le chat sauvage, le sanglier, le chevreuil, le blaireau, le renard, le lièvre et la loutre. © Günter Havlena / PIXELIO

Pour mieux relier ses biotopes, le Land allemand de Bavière a procédé à une analyse de l'ensemble de son réseau de ponts biologiques. Ces structures, en rendant possible la traversée des voies de circulation, permettent aux espèces animales de relier leurs biotopes.
Elles visent particulièrement les espèces menacées telles que le lynx ou le chat sauvage. Les parcours des animaux ont été calculés sur l'exemple des lynx et des cerfs au moyen d'un modèle logiciel et des données recueillies par satellite. Dans un deuxième temps, le Land prévoit d'optimiser le réseau actuel en aménageant les ponts biologiques existants avec des écrans de protection et une couverture ainsi qu'en construisant 65 ponts supplémentaires. Au total, 2136 kilomètres de routes et 2981 ouvrages ont été méticuleusement analysés.
L'amélioration du réseau doit permettre d'une part un meilleur brassage génétique entre des populations de plus en plus isolées et d'autre part tient compte du fait que le changement climatique provoque un dérèglement des biotopes. Beaucoup d'espèces animales qui ne peuvent pas s'adapter aux conditions écologiques en mutation utilisent ces passages afin de trouver un milieu plus adapté.
Source: www.stmugv.bayern.de/aktuell/presse (de)