Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Parc national du Grand Paradis : les torrents menacés par de nouvelles centrales hydro-électriques

Gran Paradiso

L'équilibre écologique des ruisseaux est perturbé par le captage de l'eau. © Parco nazionale Gran Paradiso

Le Parc national n'autorise pas les captages d'eau ? Qu'à cela ne tienne…. Les sociétés hydro-électriques demandent une révision du périmètre du Parc national du Grand Paradis pour pouvoir installer des tuyaux dans deux torrents du Val Soana (Piémont), à l'intérieur du Parc.
Ces deux torrents se caractérisent par la limpidité et la pureté de leurs eaux, qui s'écoulent dans un milieu montagnard encore intact. L'un des deux cours d'eau accueille notamment une souche méditerranéenne de Trota fario, qui constitue un peuplement naturel très intéressant sur le plan de la conservation.
Les centrales s'inscrivent dans un projet de captage prévoyant cinq barrages : deux à l'intérieur du Parc, trois à l'extérieur. Par le biais du mécanisme des " certificats verts ", les sociétés hydroélectriques privées s'enrichissent en produisant de l'énergie renouvelable, mais elles provoquent des dégâts dévastateurs sur les cours d'eau.
Lorsqu'elles sont en exploitation, les centrales soustraient de 61 à 75% de l'eau des torrents, soit beaucoup plus que le seuil de 30% au-delà duquel le peuplement de poissons baisse dangereusement. C'est l'une des raisons pour lesquelles la Région Piémont, la Province de Turin et le Parc ont exprimé un avis négatif sur les ouvrages envisagés, dont la réalisation est incompatible avec le maintien du niveau de conservation actuel.
Source : Communiqué de presse du Parc national du Grand Paradis, 23.01.2008