Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La nature ne connaît pas de frontières - le continuum écologique d'ALPARC, de la CIPRA, de l'ISCAR et du WWF

Zerschneidung

Le projet de "Continuum écologique" veut faire en sorte que les précieux habitats naturels des Alpes soient moins souvent morcelés, par ex. par de nouvelles infrastructures. © CIPRA International

Afin de renforcer la connectivité écologique et de faciliter la migration des animaux et des plantes dans la nature il faut rendre plus perméable les barrières naturelles. C'est pourquoi quatre organisations alpines travaillant en réseau oeuvrent à la création d'un "continuum écologique" dans les Alpes. Le signal de départ d'un avant-projet correspondant vient d'être donné.
La nature ne s'en tient pas aux frontières des espaces protégés ou des Etats. De plus, des interventions humaines toujours plus fréquentes dans la nature et le paysage morcèlent des habitats naturels et entravent durablement l'échange et la migration des animaux et des plantes. Cela menace la diversité biologique des Alpes, unique en Eu-rope.
La création d'un réseau écologique s'étendant sur l'ensemble des Alpes et au-delà doit permettre de remédier à cette situation. Le Réseau alpin des espaces protégés (ALPARC), la Commission Internationale pour la Protection des Alpes (CIPRA), le Comité scientifique international sur la recherche alpine (ISCAR) et le Programme Alpes du WWF préparent un grand projet dans ce sens. Les premières activités prévues sont l'élaboration d'une méthode reconnue à l'échelle alpine pour la constitution d'un réseau écologique étendu à l'ensemble des Alpes, l'établissement d'un catalogue de mesures, la désignation de régions pilotes - tant dans des vallées densément peuplées que dans des régions présentant une diversité biologique particulièrement élevée - où tester la mise en œuvre de ces mesures et l'identification de toutes les liaisons pertinentes pour un réseau écologique à l'échelle alpine. Parmi les autres contenus importants du projet, on peut citer le développement d'une stratégie d'intégration des autorités et des acteurs et actrices (tourisme, agriculture et foresterie, infrastructures, aménagement du territoire, etc.) ainsi que l'élaboration d'une campagne de communication.
Les partenaires du projet collaborent étroitement avec les Etats alpins dans le cadre de la nouvelle plate-forme "réseau écologique" de la Convention alpine. La Fondation suisse MAVA pour la protection de la nature finance l'avant-projet prévu jusqu'à la fin 2008.