Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

L'engrais modifie les écosystèmes alpins sur le long terme

Forscher auf der Schynige Platte

Il faut beaucoup de temps aux écosystèmes alpins pour retrouver leur état initial après une perturbation. Priska Ketterer © nfp48

Les écosystèmes montagnards manquent de flexibilité pour réagir aux interventions humaines. C'est ce que confirme une étude du Programme national suisse de recherche "Paysages et habitats de l'arc alpin", qui s'est penchée sur la végétation et les sols de la "Schynige Platte", au-dessus de Grindelwald/CH.
Le botaniste Werner Lüdi y avait entrepris une série d'expériences dans les années 1930 avec un apport d'engrais et de chaux, afin d'augmenter la productivité de ces pâturages d'altitude. Il s'avère maintenant que ces mesures ont suffi pour perturber encore pendant plusieurs décennies, même sans traitement ultérieur, les caractéristiques chimiques et microbiennes du sol ainsi que la végétation diversifiée qui s'y trouve.
Les surfaces soumises à un apport de chaux donnent des résultats très différents de celles qui ont été fertilisées sans chaux. On impute ces différences au fait que les engrais déposés auraient été rincés plus rapidement par l'eau. Par contre, le traitement à la chaux a élevé la teneur en calcium et le pH des surfaces, ce qui favorise les plantes qui dépendent des éléments nutritifs existants. Ces résultats sont particulièrement intéressants dans le contexte actuel car, avec la pollution atmosphérique, des quantités considérables d'engrais parviennent aujourd'hui dans le cycle naturel et modifient la biodiversité.
Bibliographie : Spiegelberger, T. et al (2006) Long-Term effects of short-term perturbation in a subalpine grassland. In Ecology : Vol. 87, n° 8, pages 1939-1944. Source : www.presseportal.ch/de/story.htx?nr=100515903 (de/fr)
Mots-clés associés :