Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Programme

Vendredi 25 octobre 2019 

9h15 Enregistrement

Modération : Barbara Wülser & Franziska Grossenbacher

9h45 Ouverture de la conférence annuelle

Hans Weber, Directeur CIPRA Suisse

Katharina Conradin, Présidente CIPRA International 

10h30 Conférence introductive : Théâtre du monde. Laboratoire culturel. Nerf vital.

Giovanni Netzer/Origen/CH www.origen.ch

11h15 Ancrage politique : quelles conditions pour que la culture réussisse ?

_ Špela Mrak, Ville des Alpes de l’Année Tolmin/SI
_ Roberto Canu, Bardonecchia/IT
_ Köbi Gantenbein, Commission culturelle des Grisons /CH 

12h00 Présentation des ateliers en plénière 

12h45 Déjeuner 

14h15 Ateliers parallèles au choix 

Atelier 1. «Marcher dans les Alpes» : promenade avec agence pour la culture de la marche. Comment s’approprier le paysage ? Comment la méthode influence-t-elle notre perception du paysage ? La marche est une expérience physique. Lorsque nous marchons, des perceptions multiples viennent compléter nos représentations intérieures. www.lerjentours.ch   

Langue : en 

Atelier 2. «creativeALPS – repenser les Alpes» : avec Jens Badura, berg_kulturbüro et Gian Rupf. Le développement soutenable de la région alpine a besoin de narratifs motivants permettant d’appréhender les Alpes comme un espace de possibles pour des formes de vie bonnes et souhaitables. Pour dépasser les clichés profondément enracinés qui marquent aujourd’hui encore les débats de la politique alpine, nous avons besoin de stratégies créatives et de nouvelles complicités entre les différentes formes de gestion du cadre de vie en montagne et en ville, au-delà des modes de pensée et d’action traditionnels. Avec des discussions autour d’exemples et un « marché noir » des clichés. https://bergkulturbuero.wordpress.com/ 

Langue: de

Atelier 3. «Gothard – le goulet d’étranglement culturel de l’Europe» : Andreas Bäumler, Boris Previšić (université de Lucerne), Django Betschart (Initiative des Alpes) : « Gothard : mythes, histoire, réalité ».

Les mythes apparaissent lorsque deux notions incompatibles sont pensées ensemble : la défense intellectuelle du pays qui fait du massif du Saint-Gothard le bastion central de la Suisse originelle n’est possible que sur la toile de fond de sa fonction de transit. L’objectif de cet atelier est de formuler des thèses sur les raisons qui ont permis aux Alpes de se placer de plus en plus, bon gré, mal gré, au cœur de la carte mentale européenne au cours des 200 dernières années, et d’explorer ainsi des scénarios d’avenir possibles pour les cultures des Alpes. 

Langue: de, ti, fr, sl

Atelier 4. «Transmission de valeurs culturelles à travers le patrimoine alimentaire alpin »: avec Ivana Bassi, de l’université d’Udine et Davide Zimolo, de l’Association italienne pour l’agriculture biologique (AIAB).

Knödels, fromages, brovada : le patrimoine alimentaire alpin est riche en traditions. Les produits alimentaires des Alpes véhiculent des valeurs sociales fondamentales, et jouent de ce fait un rôle de premier plan dans la construction d’un avenir durable. Il est donc important de leur redonner une place de choix aux fourneaux et dans les assiettes. La discussion sur les bons exemples de pratiques culinaires sera accompagnée d’une dégustation de produits du Frioul-Vénétie julienne. 

Langue : en

Atelier 5. «Médiation culturelle» : avec Monika Gärtner, Lechmuseum/A et Beat Hächler Alpines Museum Bern/CH.

La culture peut exprimer les réalités, donner une voix aux thèmes et aux gens, mettre les choses au cœur des débats. De quoi avons-nous besoin pour que les institutions culturelles locales des Alpes jouent réellement ce rôle ? Monika Gärtner et Beat Hächler s’appuient sur les pratiques de deux musées alpins (musée de Lech dans le Vorarlberg et Musée Alpin Suisse de Berne) pour explorer les méthodes, les formats et les complices d’une culture axée sur le présent dans les Alpes. www.alpinesmuseum.ch/ , www.lechmuseum.at

Langue : de 

Atelier 6. «Repenser le patrimoine bâti – planification sociale stratégique» : avec Matevž Šlabnik & Katja Martinčič, Idrija 2020.

Les « dents creuses » et les bâtiments vacants ont un fort potentiel pour la créativité, la culture et l’artisanat. L’exemple des anciennes maisons de mineurs d’Idrija/SL montre comment l’innovation sociale, le patrimoine culturel et la rentabilité économique peuvent interagir pour construire un avenir soutenable. www.idrija2020.si/ 

Langue : en 

16h45 Synthèse des ateliers en plénière et mot conclusive par Heidi Z'graggen, conseillère d’État du canton d’Uri

18h00 Aperitiv, dîner et soirée festiveavec programme culturel animé par un Bal Folk Sol do Tanz www.soldotanz.com 

 

Samedi 26 octobre 2019 

8h45-10h20 VISITE 1 : Randonnée d’une heure dans le delta de la Reuss avec Elias Bricker. Sans cesse remodelé par la main de l’homme et naguère menacé, le delta de la Reuss est aujourd’hui un paradis naturel.

Rendez-vous : 8h45 à Flüelen, Hauptplatz

Retour : 10h20 à la gare de Flüelen

Langues : de, fr

9h30-11h00 VISITE 2: Visite de la « Maison de l’Art » du canton d’Uri.

Visite guidée de l’exposition « Nature – entre désir et réalité », avec la commissaire de l’exposition, Barbara Zürcher. Le projet interdisciplinaire à la croisée de l’art et de la science vise à montrer à un large public les facettes de l’approche de la nature dans l’art contemporain à l’ère du changement climatique, en interrogeant fondamentalement la relation entre l’homme et la nature.

Rendez-vous : samedi 26 octobre 9h30 à la « Maison de l’Art » du canton d’Uri, Herrengasse 2, 6460 Altdorf

 Langue : de

08h30-12h15 VISITE 3 :

Sur les traces de Guillaume Tell. Au cours d’une randonnée d’environ une heure et d’une promenade en bateau sur le lac des Quatre-Cantons, Kaspar Schuler évoque les légendes et les vérités du mythe national suisse et les replace dans le contexte de l’histoire européenne actuelle.

Rendez-vous :  8h30, monument de Guillaume Tell, Altdorf

Retour : 12h15, monument de Guillaume Tell, Altdorf

Langue : en

Exposition

 

Dans le cadre de notre symposium, nous présentons l'exposition Waiting for Millions of years du photographe colombien Juan Pablo Marin. Celui-ci a passé trois mois dans le canton d'Uri, où il s'est passioné pour les cristaux et ceux qui les cherchent.
Une exposition réalisée grâce au soutien de SMART (Sustainable Mountain Art), un programme de la FDDM (Fondation pour le développement durable des régions de montagne.)