Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le lait de montagne vaut-il plus cher ?

Pour la première fois en Suisse, on a déterminé, sur la base de sondages effectués auprès de consommateurs et consommatrices, quel est le supplément que ceux-ci sont prêts à payer pour du lait de montagne.
Dans le cadre de son travail de diplôme à l'Institut d'économie agricole de l'EPF de Zurich, Kaspar Mühlentaler a évalué pour la commune de Steffisburg (canton de Berne) des suppléments de prix éventuels pour quatre catégories de lait - bio, transformé resp. conditionné dans la région d'origine, produit dans une région de montagne et, plus spécifiquement, dans l'Oberland bernois - par rapport à un lait de référence pasteurisé et produit en plaine.
Selon le sondage mené auprès de 260 personnes, les consommateurs et consommatrices seraient prêts à payer en moyenne 9 centimes supplémentaires par litre pour du lait de montagne et jusqu'à 13 centimes pour du lait biologique (environ 6 resp. 8 centimes d'euro). Par conséquent, la simple indication de la provenance, sans que le lait ait bénéficié d'un traitement particulier, incite déjà les clients et clientes à payer davantage. Si l'on veut exploiter ce potentiel sur le marché, les produits de montagne devraient donc être désignés clairement comme tels et proposés avec des déclarations de qualité et/ou d'origine.
Article à télécharger sous : www.sab.ch (de/fr/it)
Mots-clés associés :
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter