Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le Tyrol met des limites aux domaines skiables

A l'avenir, il sera plus difficile d'obtenir l'autorisation de construire de nouvelles remontées mécaniques au Tyrol/A. Jusqu'à maintenant, les autorisations pour les téléphériques et pistes de ski étaient octroyées sur la base de "normes pour les remontées mécaniques" qui étaient non-contraignantes et difficiles à appréhender sur le plan juridique.
Depuis le début de cette année, c'est le "Programme d'aménagement du territoire 2005 pour les remontées mécaniques et les domaines skiables du Tyrol" qui dicte les procédures d'autorisation. Ce programme constitue une nette amélioration du point de vue de la protection de l'environnement. Il est plus contraignant sur le plan légal et s'applique à tout l'aménagement du territoire alpin. Les exploitants de remontées mécaniques sont maintenant tenus de mieux prendre en compte les sites de randonnée à pied et à ski ainsi que les intérêts de l'économie régionale. Il faudra également tenir compte des espaces protégés dans la planification et du fait que la présence de nouvelles remontées mécaniques peut occasionner une augmentation du trafic. Les espaces protégés bénéficient de dispositions particulières dans le nouveau règlement : on ne peut y agrandir des pistes ou des remontées mécaniques existantes. Un quart de toute la surface du land étant sous protection, on ne pourra y entreprendre des travaux d'aménagement. Les nouveaux équipements sont généralement interdits. De plus, le gouvernement a précisément défini le concept de "nouveaux équipements" dans la nouvelle loi, afin d'éviter qu'on puisse contourner les règlements en faisant des "trouées" dans le paysage. Les extensions ne sont autorisées qu'après un examen sévère sur la base de critères éliminatoires et de critères positifs. Parmi les critères positifs, on trouve par exemple la probabilité d'enneigement d'un site. L'expérience nous dira si l'on va effectivement refuser des autorisations parce qu'on ne peut pas garantir un enneigement suffisant et dans quelle mesure on acceptera l'enneigement artificiel. Le développement de domaines skiables sur des glaciers est fortement limité mais n'est pas définitivement prohibé. Dans la nouvelle loi, les autres pays alpins sont appelés à ratifier l'ensemble des protocoles de la Convention alpine afin d'assurer une égalité des chances dans les domaines skiables.
Infos et source : CIPRA-International et le Club alpin autrichien
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter