Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Sur la voie de la professionnalisation – la CIPRA dans les années 80 et 90

Dans les années 80, la CIPRA a opéré un repositionnement, misant davantage sur l’échange d’expériences et d’informations. Un secrétariat géré par des professionnels a été mis en place en 1990.

Les thèmes traités lors des conférences annuelles sont approfondis dans le cadre d’excursions (conférence annuelle aux Arc en Vanoise (F) 1986). © M. F. Broggi

A la fin des années 70, la CIPRA s’est ouverte à un cercle plus vaste d’acteurs. Des associations privées tout comme des représentants de l’administration publique et de la science ont pu s’y regrouper. Les comités nationaux, dont la création avait été décidée en 1974, furent fondés dans les différents pays. Parallèlement, la CIPRA s’efforçait de s’adresser à un plus large public.

L’élection de Mario F. Broggi à la présidence de la CIPRA en 1983 amena un renouveau au sein de l’association. Broggi, qui avait rejoint la CIPRA au milieu des années 70 en tant que délégué du Liechtenstein, appartenait à une génération qui jugeait insuffisant d’organiser chaque année une conférence sans mettre en oeuvre les résolutions prises : « Soit la CIPRA se lançait dans une restructuration de fond, soit elle perpétuait son ancien mode de fonctionnement, avec quelques résultats mais sans grande espérance de vie. »

Par la suite, la CIPRA s’est renouvelée sur plusieurs plans. Des thèmes actuels ayant des implications politiques ont à chaque fois été choisis pour les conférences annuelles et les séminaires. Les résultats des conférences ont été réunis dans des actes, tandis que des prises de position critiques sur d’autres thèmes étaient exprimées dans une nouvelle série de publications. En 1984, parut le premier numéro du CIPRAInfo, magazine d’information trimestriel, et le travail de relations publiques fut intensifié d’une manière générale. Parallèlement, on développa les contacts avec les pays concernés et, dès la fin des années 80, on oeuvra à la réalisation d’une Convention alpine.

Les efforts en vue de créer un secrétariat géré par des professionnels furent également couronnés de succès. En 1990, Ulf Tödter devint le premier directeur à plein temps de la CIPRA, à Vaduz/FL. On posait ainsi la première pierre d’un travail efficace d’information et de relations publiques. Ce travail fut encore approfondi dans les années 90 par l’engagement de nouvelles personnes et le développement de nouvelles structures au siège social de la CIPRA.