Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

La semaine alpine du point de vue des participants et participantes

Les rencontres et la mise en réseau au centre

La Semaine alpine a été l'occasion de recueillir sur le  if les impressions sur la manifestation de quelques-uns des plus de trois cents participants.  L'objectif de ces interviews succinctes consistait à conserver une trace de l'ambiance animée qui a  caractérisé cette importante manifestation internationale - pour ne pas dire la plus importante de l’année – pour les cinq organisations qui en sont les instigatrices.

Qu’est-ce qui vous a décidé à venir à la Semaine alpine ?

Barbara Ehringhaus

Nous tenions beaucoup à faire connaître nos préoccupations et souhaitions apprendre aussi des autres régions. J’étais déjà à la première Semaine alpine en Slovénie et je trouve que  cette collaboration évolue de manière intéressante. Cette année, il y avait un meilleur équilibre entre les exposés de nature scientifi que et ceux plus proche du terrain.

Barbara Ehringhaus, ProMont-Blanc (Collectif d'associations), Chamonix/F

La semaine alpine est à mon avis une bonne occasion de rencontrer des personnes actives dans l'espace alpin. J'aimerais avoir un aperçu de ce qui s'y fait et notamment être informé sur les innovations.

Mojca Arsenijevic, Université de Nova Gorica/Sl

Mojca Arsenijevic

Joseph Mathis

Je suis venu à la Semaine alpine car j’espérais y trouver de nouvelles informations utiles pour le travail dans les communes.

Josef Mathis, maire de la commune de Zwischenwasser/A

Quels furent pour vous les faits marquants de cette Semaine ?

J’ai trouvé que c’était globalement un très bon programme avec différentes perspectives. Je ne me suis pas du tout ennuyée, ce qui est pour moi très important.

Nathalie Morelle, Via Alpina, Nottingham/UK

L’un des points culminants de cette Semaine a été le Forum des acteurs, qui a d’une part présenté certains projets de manière concrète et tangible et d’autre part facilité le contact entre les gens. Autre point très important : la discussion fi nale qui a permis aux visiteurs de prendre une part active aux débats..

Yann Kohler, Task Force espaces protégés SPCA, Chambéry/F

Yann Kohler

Le résumé de Mario Brioggi était très important, notamment parce que ce fut une ovation pour les ONG auxquels nous nous rattachons. En tant qu’observateurs auprès de la Convention alpine, nous savons combien il est diffi cile de se faire entendre auprès des autorités publiques et des responsables politiques.

Barbara Ehringhaus, ProMont-Blanc (Collectif d'associations), Chamonix/F

Pour moi, cela a été la découverte de cette partie des Alpes. Comme je n'étais encore jamais venu ici, l'aspect local m'a particulièrement intéressé. J'ai pu voir comment une région trouvait une nouvelle place et se développait. Et puis, certaines interventions m'ont appris beaucoup de choses. Il ressort de plus en plus clairement de ce qui a été dit que nous travaillons tous avec le même système, que nos efforts vont dans le même sens.

Cassiano Luminati, pôle de Poschiavo, Poschiavo/CH

Cassiano Luminati


Qu’avez-vous appris de nouveau sur le thème de l’innovation ?

Cosmo Mario

Pas facile d'expliquer ce que c'est que l'innovation car on peut l'interpréter de bien des façons. Cependant, une chose est certaine, on ne peut pas rester les bras croisés. Héraclite, déjà, ne disait-il pas que « le devenir est un état de l'être »? L'innovation, c'est le changement auquel nous sommes tenus. Le fait que ce changement, à la montagne, s'accompagne parfois de modifi cations néfastes de l'environnement ne facilite certainement pas les choses. Mais ainsi notre créativité est stimulé, afi n de trouver des solutions et d'anticiper les changements.

Cosmo Mario, commune de Polcenigo/Pordenone/I

Que, dans le fond, l’innovation dans les Alpes c’est la même chose que dans les régions rurales ou proches des villes, sauf que dans les Alpes, la mise en oeuvre paraît plus concrète. Je crois que dans les Alpes, il est aussi plus facile de retenir les gens une fois que l’on a gagné leur confi ance. Je trouve cela vraiment motivant.

Werner Rehklau, Bayerisches Landesamt für Umwelt, Augsburg/D

Werner Rehklau

Florindo Faoro

J'ai appris qu'on peut changer les choses avec peu d'argent, à condition de valoriser les synergies. La commune qui nous a accueillis ici m'a montré que quand on veut on peut. En Italie, par contre, on continue à prétendre le contraire.

Florindo Faoro, CIPRA Italie, Gênes/I

Même si, dans certains domaines, par exemple l'élevage (qui a fait l'objet d'une intervention), il faut des connaissances  spécialisées, l'élément clef de l'innovation est l'intégration de savoirs issus de domaines différents.

Alberto Di Gioia, département DITER de l'institut polytechnique de Turin/I

Alberto Di Gioia

Laura DeBaan

Que l’innovation est un mélange de vieilles idées et une combinaison d’éléments qui existent déjà et que ceci doit peut-être continuer. Pour moi, aucune nouvelle perspective. C’est un peu décevant, mais cela refl ète peut-être la réalité.

Laura De Baan, Université Zurich/CH

Que les réseaux sont très importants et que l’on doit s’impliquer personnellement, c’est-à-dire chaque citoyen. Pour moi, ce fut une confi rmation parce que c’est déjà ce que nous pratiquons. J’ai toujours entendu dire qu’un travail réussi s’opère, pas toujours mais souvent, du bas vers le haut.

Josef Mathis, maire de la commune de Zwischenwasser/A

M Couturier

Innover ce n’est pas simplement avoir des idées intéressantes. C’est aussi de les mettre en pratique, les appliquer, y compris sur la durée.

Marie-Joëlle Couturier, Affaires Internationales, MEEDDAT/F


De retour chez vous, que retiendrez-vous de la Semaine alpine ?

Je suis un peu critique. J’ai eu du mal à suivre les exposés, certains étaient trop longs, allaient dans tous les sens et étaient un peu ennuyeux. En revanche, c’est une expérience positive de se retrouver avec des gens de différentes organisations et cet aspect aurait dû être davantage mis en valeur. Le réseautage était, pour moi, l’élément central de cette semaine.

Barbara Sutter-Widmer, Organisation Alpeninitiative Schweiz, Altdorf/CH

Barbara Sutter-Widmer

Je retiendrai les observations de Mario Broggi sur la question « Comment peut-on innover dans la Semaine alpine et améliorer ou modifi er les rencontres et la communication ? ».

Yann Kohler, Task Force espaces protégés SPCA, Chambéry/F

Nathalie Morelle

Ce fut l’occasion d’approfondir des contacts existants et d’en établir de nouveaux, avec des gens intéressants, compétents et agréables, bref une « bouffée d’air frais » dans l’environnement quotidien.

Nathalie Morelle, Via Alpina, Nottingham/UK

J'ai commencé à parcourir l'espace alpin international en 2004, à Kranjska Gora. A ce jour, en 2008, dans le cadre de mes activités, de nombreux projets et idées ont vu le jour. J'espère qu'il y en aura tout autant d'ici 2012 et que nous pourrons alors nous retrouver pour en parler. Le réseau se renforce.

Cassiano Luminati

Ce que je retire de cette manifestation, c'est l'envie de continuer à creuser ces questions et de voir, surtout en Italie, comment on peut promouvoir certaines initiatives.

Valentina Zambon, Budoia/I

Valentina Zambon

Il reste beaucoup à faire. Nous devons diffuser l'information, convaincre les gens de venir en personne la prochaine fois pour écouter les interventions et en tirer des enseignements ; je pense surtout aux maires car il est important qu'ils se déplacent eux-mêmes plutôt que de se contenter d'envoyer des délégués.

Florindo Faoro