Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Communiqués

Traversées alpines

© C.Begle

Les associations environnementales rappellent l’urgence de mettre en oeuvre une réelle politique de transfert modal pour mettre les camions sur le train afin de limiter la dramatique pollution des Vallées de l’Arve, de la Maurienne et de la Cluse de Chambéry.

Aujourd’hui, après une décennie d’expérimentation que l’Etat n’a jamais voulu étendre et pérenniser, 30 000 camions par an, seulement, empruntent le ferroutage de Aiton (Maurienne) à Orbassano (Banlieue de Turin)... Pendant ce temps, 1.200.000 camions circulent toujours annuellement par les tunnels routiers. Il était prévu que la ligne existante et l’infrastructure de ferroutage, mises en conformité aux normes GB1 pour plus de 600 M€, traitent 300.000 camions par an....ce qui est techniquement tout à fait possible. Pourquoi ce développement n’a-t-il pas eu lieu? Au nom de quels principes?

La ligne ferroviaire existante pourrait aujourd’hui supporter une grosse moitié du trafic des 2 tunnels Mont Blanc et Fréjus, voire plus en renforçant progressivement son efficacité et sa sécurité, et en démarrant à Ambérieu en Bugey, Dijon, Valence. Ces sites sont pour l’essentiel équipés en la matière et les investissements à faire sont très réduits. Pourquoi l’Etat français ne s’engage-t-il pas dans cette voie qui peut être mise en oeuvre en quelques mois? Des entreprises de transport ferroviaire sont prêtes à créer des emplois immédiatement pour soulager la pollution des vallées alpines de moitié. Pourquoi s’en priver? Pourquoi l’Etat attend-t-il encore, reculant toujours le transfert modal?

Les associations environnementales ont salué la prise de position nouvelle de Monsieur Mignola, Vice-président aux Transports de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Sa volonté de décupler le ferroutage le plus vite possible va dans le sens de leur demande, elles en attendent désormais l’application concrète. Pourquoi l’Etat n’est pas capable du même raisonnement et pourquoi préfère-t-il renvoyer à 2030- 2050 la dépollution des vallées? Pourquoi a-t-il expressément autorisé, par la voie du Préfet de Savoie, le doublement de la fréquentation des poids lourds en Maurienne, en procédant notamment au doublement du tunnel autoroutier du Fréjus? Pourquoi les camions Euro1, Euro2, Euro3 et les matières dangereuses ne sont toujours pas interdits dans les tunnels malgré nos incessantes demandes (mesure pourtant facile à prendre)?

Les associations environnementales exigent du Gouvernement de la cohérence et qu’il consacre ses moyens, sans gaspillage et effet médiatique inutiles, à mettre en oeuvre les orientations décidées durant la COP 21: le ferroutage tout de suite et pas dans 30 ans. L’inauguration, dans les plus brefs délais, d’infrastructures complémentaire de chargement des camions sur le train à Ambérieu-en-Bugey, Dijon et Valence serait le seul signe positif d’une préoccupation gouvernementale pour la santé publique des populations et pour l’environnement.

 

Archive

Vous trouvez les communiqués de presse de 2009 et plus tôt dans l’archive.