Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Communiqués

Les Alpes en mutation – les régions périphériques entre abandon et espoir

Du 14 au 16 octobre 2010, la Commission Internationale pour la Protection des Alpes CIPRA se consacrera, dans le cadre de sa conférence annuelle organisée cette année à Semmering/A, aux enjeux et aux perspectives d’avenir des régions périphériques de l’espace alpin. Directement concernées par l’actuelle tendance à l’urbanisation, les régions périphériques doivent trouver le chemin le plus adapté à leur situation particulière pour assurer le maintien des fonctions essentielles. Avec cette manifestation, la CIPRA entend apporter sa contribution au débat en montrant les chances et les perspectives qui s’offrent à ces régions.

Que faire lorsque le bus ne passe plus et que le village n’a plus d’école, lorsque le magasin d’alimentation et le bureau de poste baissent leur rideau, lorsque de plus en plus de terrains sont laissés en friche et que le vieillissement des habitants devient problématique ? Telles sont les interrogations communes à de nombreuses régions alpines périphériques, dont l’avenir est de plus en plus incertain.
Dans le cadre de sa conférence annuelle 2010, la Commission Internationale pour la Protection des Alpes CIPRA se penchera du 14 au 16 octobre à Semmering/A sur les risques et les chances que cette évolution entraîne pour les régions périphériques. Des exemples concrets permettront de faire le point sur la question et d’engager le débat sur les scénarios possibles et les conséquences économiques, sociales et environnementales de l’exode rural.

Le changement climatique peut être aussi une chance
Les scénarios de développement sont aussi divers que les régions périphériques de l’espace alpin. Le changement climatique pourrait par exemple être une véritable chance pour certaines régions des Alpes. Lorsque les températures sont trop élevées dans les régions méditerranéennes pour les vacances, les Alpes et leur fraîcheur sont attrayantes pour les touristes ; ces derniers redécouvrent la montagne en été.
L’espace alpin pourrait également se spécialiser dans les stations climatiques ou la thérapie des personnes atteintes d’affections chroniques. Pour d’autres régions, la commercialisation directe de produits régionaux pourrait constituer une issue possible pour préserver les structures sur place et surmonter le désespoir ambiant.

La prudence est de mise face aux solutions standard
Un fait est certain : il n’existe pas de modèles d’avenir universels. La CIPRA met en garde contre les solutions passe-partout susceptibles d’être plaquées artificiellement sur ces régions structurellement faibles. L’originalité de l’espace alpin tient à son immense diversité qu’il convient de préserver pour l’avenir.
Enfin, il ne faut pas oublier que les régions périphériques disposent de ressources essentielles pour les citadins : air pur, eau propre, biodiversité, beauté des paysages, fonction récréative… Ne serait-ce que pour cette raison, la préservation d’un avenir digne de ce nom dans ces régions devrait être une priorité pour l’ensemble de la population.

 

Merci d’adresser vos questions à :
Helmut Kudrnovsky, directeur CIPRA Autriche, +43 (0)1 40113 36
Nadine Pfahringer, bureau de la Convention alpine CIPRA Autriche, +43 (0)512 59547 43
www.cipra.at

Archive

Vous trouvez les communiqués de presse de 2009 et plus tôt dans l’archive.