Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Communiqués

Journée mondiale des abeilles le 20 mai : les abeilles sauvages sont les grandes oubliées

Abeille sauvage ou domestique ? L’Abeille des sables, une espèce d’abeille sauvage, en plein travail. (c) pixabay_FachLektorat

Les Nations unies célèbrent pour la première fois la Journée mondiale des abeilles le 20 mai 2018. Il existe dans les Alpes près de 700 espèces d'abeilles, dont une seule qui produit du miel. Presque personne ne sait que les abeilles sauvages jouent un rôle essentiel pour le maintien de la diversité dans la nature et dans nos assiettes.

À l’initiative de la Slovénie, les Nations unies ont proclamé le 20 mai de cette année première journée mondiale des abeilles. Cette journée est destinée à attirer l’attention sur le rôle des abeilles et d’autres pollinisateurs, et à motiver les populations du monde entier à les protéger. Sur le site internet de la journée mondiale des abeilles, on ne trouve en revanche aucune trace des abeilles sauvages. La Slovénie émet à cette occasion une pièce de deux euros représentant un rayon de cire. L’abeille mellifère concentre toute l’attention. Selon l’écologue Dominik Ganser de l’université de Berne/CH, si l’abeille domestique est aussi connue, c’est parce qu’elle est associée à un produit : la production de miel. « Or, le travail de pollinisation des abeilles sauvages est beaucoup plus important que la production de miel », explique-t-il.

La diversité de la flore est liée à la diversité des insectes pollinisateurs, et inversement. Certaines espèces d’abeilles sauvages sont spécialisées dans des espèces de fleurs que les abeilles domestiques ne butinent pas ou très peu. Des études ont montré que si les abeilles sauvages transportent moins de pollen que les abeilles domestiques, elles sont en revanche de meilleures pollinisatrices. Les abeilles domestiques et les abeilles sauvages ensemble pollinisent plus efficacement un champ que les abeilles domestiques seules.

La plupart des gens savent aujourd’hui à peine distinguer une abeille mellifère d’un gros bourdon velu ou des guêpes. Qui a vraiment conscience de la diversité des abeilles ? « Lorsque nous parlons d’abeilles, nous pensons en général aux abeilles domestiques. Lorsque nous parlons de la disparition des abeilles, nous parlons de celle des abeilles domestiques. Pratiquement personne ne sait que dans les Alpes, des dizaines d’espèces d’abeilles sauvages sont menacées d’extinction, » dit Katharina Conradin, présidente de CIPRA International. Elle ajoute : « Une protection durable et globale des abeilles passe par une prise de conscience et une meilleure connaissance de ces insectes dans toute leur diversité. Avec notre projet BeeAware!, nous voulons sensibiliser les populations des Alpes au rôle que jouent les abeilles dans le maintien de la diversité naturelle, qui est le fondement de notre vie. »

Avec le projet « BeeAware! – Les communes alpines pour la protection des abeilles », la CIPRA sensibilise les populations des Alpes au rôle des abeilles domestiques et sauvages et contribue à les protéger en lançant des mesures concrètes.

Plus d’informations sur le projet : www.cipra.org/fr/beeaware

 

Pour toutes questions, prière de contacter :

Robin Naumann, CIPRA International, +423 237 53 08, robin.naumann@cipra.org  

Manon Wallenberger, CIPRA International, +423 237 53 01, manon.wallenberger@cipra.org

Archive

Vous trouvez les communiqués de presse de 2009 et plus tôt dans l’archive.