Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Bonnes pratiques

Les légumes sont aussi politiques

© Sacha Schlegel

Cuisiner ensemble n’est pas seulement convivial, mais peut aussi être un acte politique.

Prenez des kilos de légumes, de nombreux bénévoles, des marmites XXL et ajoutez-y une bonne dose de passion et d’engagement : vous aurez les ingrédients du succès du « KochKollektiv Liechtenstein » – le collectif de cuisine du Liechtenstein.

Ce mouvement de cuisine participative est né en 2011 à l’occasion du « MorgenLand Festival » du Liechtenstein, un laboratoire d’idées pour un avenir soutenable. Passant outre à tous les conseils, le traiteur chargé de la restauration avait mis au menu des canapés au saumon et du caviar. Un petit groupe de personnes engagées s’est alors insurgé et a évoqué dans un post de blog le nom de Wam Kat, militant néerlandais pour la paix et cuisinier bio et vegan. Celui-ci a réellement laissé un commentaire sur leur blog, explique Sacha Schlegel, l’un des fondateurs du collectif : « Le Liechtenstein ? Je connais. J’y suis déjà passé. » Le nouveau cuisinier du festival était tout trouvé. Trois mois plus tard, le collectif très motivé se procurait son premier réchaud à gaz et sa première marmite.

Le collectif cuisine depuis avec l’aide d’autres bénévoles dans le cadre de manifestations politiques, de sessions de la CIPRA ou d’autres événements similaires. Il était notamment présent à la « Marche contre Monsanto » à Bregenz/A, à la conférence sur le climat « COP 21 » à Paris/F ou à la manifestation pour une agriculture respectueuse du climat  « Wir haben es satt! » à Berlin/D. Les bénévoles épluchent, coupent et cuisinent chaque jour plus de 100 kilogrammes de légumes. Les grandes marmites permettent de servir jusqu’à 6 000 repas chauds par jour. En contrepartie, les gens donnent ce qu’ils veulent. L’argent réunit suffit en général pour financer l’action suivante. « La cuisine a un rôle essentiel : elle fédère », explique Sacha Schlegel. Et de toute façon, quelqu’un doit cuisiner. Pour des raisons de soutenabilité, le collectif ne cuisine que des aliments vegans. Et il attire l’attention sur le gaspillage alimentaire en récupérant les invendus des producteurs ou des supermarchés.

L’agenda de Sacha Schlegel est orné d’un autocollant avec les mots « System Change, not Climate Change ! ». Le souhait du jeune homme pour l’avenir : que le système politique et économique change et donne une plus grande place à la nature et aux humains. « Essayer d’apporter des améliorations qui n’en sont pas n’est pas une solution. Nous devons faire les choses autrement. »

 

En savoir plus : www.kollektiv.kitchen (de)

Mots-clés associés :
Portrait

Quoi : Collectif de cuisine

Qui : « KochKollektiv », association « Essenziell »

Où : Liechtenstein

Quand : depuis 2011, plusieurs fois par an ou plus souvent, en fonction des besoins

Comment : le « KochKollektiv » est un projet autonome de l’association liechtensteinoise « Essenziell ». Il s’agit d’une initiative de cuisine participative dans laquelle des bénévoles cuisinent avec une petite équipe fixe plusieurs centaines de repas vegans – parfois jusqu’à 6 000 – dans le cadre d’événements politiques. Les aliments de base sont achetés ou donnés par des agriculteurs et des supermarchés qui ne veulent pas jeter leurs invendus ou leurs rebuts. En échange des repas, les gens donnent ce qu’ils veulent. Avec l’argent ainsi réuni, l’association finance le carburant, les frais d’hébergement et les aliments pour l’action suivante. Le collectif a déjà cuisiné dans le cadre de différents événements au Liechtenstein, en Suisse, en Autriche, en Allemagne, en France et en Roumanie. Il prête également gratuitement sa cuisine mobile et ses ustensiles de cuisine. La plus grande marmite, d’une contenance de 350 litres, permet de servir environ mille repas.

Transférabilité : Wastecooking, Foodwaste, mouvements pour la souveraineté alimentaire, cuisines mobiles et plateformes de partage des aliments : de plus en plus d’associations et d’individuels s’engagent dans les Alpes pour promouvoir une attitude plus responsable vis-à-vis de notre nourriture. Le collectif de cuisine du Liechtenstein récupère par exemple les invendus et les rebuts des agriculteurs bio et des détaillants. Il lutte ainsi contre le gaspillage alimentaire, cuisine collectivement dans le cadre de différents événements et milite pour le développement durable. Les personnes désireuses de s’engager peuvent aider bénévolement ou créer leurs propres collectifs de cuisine.