Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Une nouvelle co-présidence pour la CIPRA

13/07/2021 / Caroline Begle, CIPRA International
Bianca Elzenbaumer et Serena Arduino sont les nouvelles co-présidentes de CIPRA International. Elles succèdent à Katharina Conradin, qui a exercé cette fonction pendant près de 7 ans.
Image caption:
Bianca Elzenbaumer et Serena Arduino remplacent Katharina Conradin à la présidence de CIPRA International. (de g. à d.) © CIPRA International

L’Assemblée des délégué·e·s de la CIPRA a élu à l’unanimité le 1er juillet 2021 les deux Italiennes Bianca Elzenbaumer et Serena Arduino. Pour la première fois depuis la fondation de l’organisation en 1952, deux femmes président aux destinées de CIPRA International.
Serena Arduino, membre du Bureau de CIPRA Italie de 1999 à 2005 et membre du Bureau de CIPRA International depuis 2016, est titulaire d’une maîtrise en planification de l’environnement et d’un diplôme en sciences naturelles. Elle représente la CIPRA dans différents organismes de travail thématiques de la Convention alpine, et s’intéresse plus particulièrement aux grands écosystèmes et aux processus de préservation à grande échelle. « Je vois partout des synergies possibles, et j’aime à souligner le rôle essentiel de la gouvernance dans la protection internationale de la nature. Il me tient également à cœur de donner plus de visibilité à la contribution des Alpes à la mise en œuvre des priorités mondiales », indique la Milanaise.

Bianca Elzenbaumer a grandi et vit dans les Alpes italiennes. Diplômée en médiation et en promotion internationale de la paix et titulaire d’un doctorat de recherche sur le design, elle est co-directrice de l’association culturelle « Brave New Alps » depuis 2005, et membre du Sounding Board de la CIPRA depuis 2019. Son expertise dans le domaine des démarches participatives et du Design Thinking ainsi que sa mobilisation pour les Alpes, la biodiversité et les échanges culturels l’ont motivée à s’engager pour la protection des Alpes au sein de la CIPRA. « Je veux enthousiasmer les jeunes pour le travail de la CIPRA », déclare Elzenbaumer. « Les Alpes sont un bon point de départ pour renforcer des initiatives écologiques susceptibles de diffuser l’idée d’un avenir écologique et socialement équitable dans toute l’Europe. »

La CIPRA comme relais du changement

Les deux co-présidentes prennent la succession de Katharina Conradin, présidence sous laquelle la CIPRA a continué de se développer pour devenir l’une des principales organisations de promotion du développement durable dans les Alpes. « À la base de tout changement, il y a la sensibilisation. Sans prise de conscience des problèmes et des défis de notre époque, il n’y aura pas de changement, ni au niveau de la société, ni à celui de la politique ou de l’économie », déclare Katharina Conradin. Pour elle, la CIPRA est un « relais » de ce changement – et bien plus encore. « En fédérant des personnes de tout l’arc alpin, elle joue un rôle essentiel pour la mise en œuvre concrète de ces idées. »

Un autre nouveau membre a rejoint le Bureau de CIPRA International : Stefan Witty, compagnon de route de la CIPRA depuis plus de 30 ans et directeur de CIPRA Allemagne de 2011 à 2018, remplace Erwin Rothgang.

Mots-clés associés : CIPRA, alpMedia 4/2021